Empire Central

De Hylenor Wiki
(Redirigé depuis Fête de l'Empereur)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Résumé

L'Empire est la deuxième puissance militaire d'Eraltis. Son territoire s’étend de la frontière avec le Royaume de Gallie jusqu'à une petite partie du désert après le Kellerwald où la terre n'est pas encore totalement désolée. Le paysage de l'Empire possède de nombreuses montagnes et des massifs érodés, mais jamais d'une grande altitude. Même si son altitude est plus faible que celle de la Gallie, son climat n'en est pas pour autant beaucoup plus chaud mais simplement tempéré, exception faite du sud. Les hivers y sont froids et les étés relativement chauds. Le long des côtes, le climat est en général instable et le vent souffle très souvent, mais les différentes chaînes de montagne présentes aux quatres coins du pays procurent au centre de l’Empire un climat relativement doux.

Les impériaux sont d'excellents travailleurs, ils sont honnêtes et francs; disciplinés et droits. Ils sont également très pragmatiques : pour eux les actes ont plus de valeurs que les mots. L'Empire est composé d'une majorité d'humains et de nains, on y trouve très peu d'elfes et quelques rares dolréïdes ici et là.


Pour être sûr de jouer votre Impérial correctement, n'hésitez pas à vous rendre sur la page Jouer un Impérial et prendre connaissance des différents points listés.


Sommaire

Sommaire

Géographie

Empire Central1.jpg

Histoire

L’Ère des Héros

Environ -700

Les humains et les nains se regroupent sous la direction de leaders, les territoires sont disputés pendant quelques années mais les frontières finissent par se définir. Les monstres qui peuplent les terres sont chassés par les différents groupes.

Environ -550

La plupart des nains vivent auprès des humains. Certains décident cependant de coloniser les montagnes à l’Ouest et s’y installent.

Environ -500

Certains elfes qui fuient le pays voisin viennent s’installer en Burrie. Ils sont autorisés à rejoindre les villes, mais sont isolés dans des quartiers en périphérie.

Environ -440

Dans les montagnes, les nains commencent à vénérer un dieu nommé Hylenor.

Environ -300

Les Nains vivant dans les montagnes ont vite convertis ceux vivant en ville. La conversion de ceux-ci attisa la curiosité des humains qui finirent par se convertir également.

Environ -240

La Gallie est attaquée par le Prydain depuis quelques années. Certains villes côtières de la Burrie sont également victime de pillages, mais aucune armée ne pose jamais le pied sur le sol Burrien.

An -122

Des rumeurs courent dans les rues des grandes villes de la Burrie, une maladie mortelle serait en train de se propager dans la Gallie.

An -121

Les premiers cas de “Larmes de sang” apparaissent dans les ports de Burrie. Les autorités réagissent vite et interdisent tout bateau en provenance de la Gallie. La maladie emportera quelques dizaines de personnes mais sera relativement contenue.

An -52

La Burrie est attaquée par l’Empire de Luxus, mais repousse la menace jusqu’aux frontières de la Gallie après quelques mois de combat.


Bataille.jpg


An -18

La Gallie est envahie par des armées Rashkens. Pour éviter l’invasion et les pillages, la Burrie envoie ses troupes au Nord. Ce déplacement massif de troupes rend le Sud du pays vulnérable aux attaques Orcs. De nombreux villages au Sud du Kellerwald sont pillés et rasés, mais les orcs n’arrivent pas à traverser l’immense cours d’eau.

An -8

Une dizaine d’années s’est écoulée depuis que la Burrie a posté la grande majorité de ses troupes le long du fleuve au Nord. Celle-ci a pris part à de nombreuses escarmouches avec les rashkens, mais le cours d’eau constitue un rempart naturel difficilement franchissable, permettant à l’armée de les retenir facilement. Mais les mondes souterrains permettent nombre de choses. Sans crier gare, des armées rashkens surgirent des montagnes sombres et se déversèrent dans la Burrie. Stationnée à des dizaines de lieues de là, l’armée réagit trop tard et le Sud et l’Est de la Burrie sont mis à sac. Ce qui reste de l’armée se regroupe au Nord et au Sud des montagnes de Lich pour empêcher l’avancée des rashkens vers la capitale.

An 1

Abandonnée depuis presque dix ans par la capitale, la moitié de la Burrie est sous le contrôle des forces d’Ergaloroth. Yannélor, un jeune félidyn au poil argenté, est choisi par [Hylenor] et béni. De par ses discours enflammés et son courage sans limite, il rallia des hommes à travers toute la partie libre de la Burrie et tous, pour l’honneur d’Hylenor et grâce à la bénédiction de leur Dieu, se lancèrent dans la reconquête de la Burrie.

An 5

Après des années de combat, les rashkens sont vaincus. Accompagné d’une armée forte de milliers d’hommes, Yannélor a repoussé les forces d’Ergaloroth jusqu’au plus profond des montagnes sombres. Certains soldats décident d’établir des camps dans les montagnes afin d’avertir la Burrie des incursions rashkens.

1er siècle

Une fois les rashkens repoussés, la reconstruction peut commencer. Les villes et villages sont rebâtis, les champs replantés, et les routes commerciales réouvertes. Les soldats jouissent de ce repos bien mérité et remercient Hylenor de leur avoir envoyé Yannélor. De leur côté, les hommes restés dans les montagnes sombres sont rejoint par des mineurs et leurs familles après la découverte d'un nouveau métal similaire à l'acier et propre aux montagnes sombres. Ils développent leur propre culture en continuant de prier Hylenor.

An 153

Pour des raisons connues de lui seul, Yannélor, le félidyn béni par Hylenor, est rappelé aux côtés de son Dieu.

An 418

Aveuglé par l'or et le pouvoir, et sans doute sous l'influence d'Ergaloroth, l'Empereur actuel de l'Empire de Luxus décide d'étendre ses frontières jusqu'au territoire de l'Empire Central. Une guerre éclate entre les deux pays voisins.

An 423

Attaquée au Nord par les troupes de Gallie et à l’Ouest par la flotte impériale, la Burrie est envahie par l’Empire de Luxus. Ses armées utilisent les ressources de la Burrie pour fabriquer des bateaux dans l’espoir d’attaquer le Prydain.

Environ 450

D’abord constaté dans les bois de la Burrie, puis plus tard dans ses montagnes, d’étranges créatures couvertes d’écorces, de feuillages et de roches commencent à apparaître. Paisibles et conscientes, les autochtones les ignorèrent pour la plupart. Quelques années après, la Guerre élémentaire frappe tout Eraltis.

An 460

Les ravages causés par l'apparition des élémentaires permet à l'Empire de prendre rapidement la partie sud du territoire du Prydain. L'Empire possède maintenant le plus grand territoire jamais conquis auparavant, et amasse un grand nombre de richesses, malgré les destructions perpétrées par les créatures magiques. La culture Luxienne s'installe dans les pays en mettant en avant les plaisirs de la débauche, de la cruauté et du sang.

An 478

Suite à la rébellion des habitants de Gallie contre l’Empire de Luxus, ses principales lignes de ravitaillement avec la Burrie sont coupées, et celui-ci doit se contenter des ravitaillements maritimes.

An 480

Après deux années compliquées pour l’Empire de Luxus, l’Empereur décide de retirer le peu de troupes qu’il lui reste de la Burrie. Libéré, le peuple décide d’élire un nouveau chef, Bran le Provocateur. Celui-ci, souhaitant faire un pied de nez à l’Empire de Luxus, renomme la Burie : l’Empire Central, et se couronne par la même occasion Empereur.

6e siècle

Pendant presque un siècle depuis sa fondation, l’Empire Central se développe paisiblement. Bran le Provocateur est mort et les différents seigneurs qui composent l’Empire ont élu l’un des leurs pour le remplacer. La guerre entre la Maaravie et la Gallie fait rage, mais l’Empire reste en retrait, consolidant ses frontières.

An 589

Une fois la Gallie affaiblie par la Maaravie, l’Empereur ordonne à ses troupes de traverser le fleuve les séparant de leur voisin du Nord. Les forces Galliennes, exténuées par des années de combat, ne posèrent qu’une mince résistance, et l’Empire s’empara de la quasi moitié est de la Gallie.


Invasion.jpg


An 631

Après plus de quarante ans d’occupation, la Gallie finit par chasser l’Empire Central de ses terres. L’Empire laisse derrière lui bâtiments, temples, statues, mais également ses us et coutumes.

An 650

Suite à la propagation toujours plus grande du mal appelé "Magie", l’Empereur ordonne à toutes les villes et villages de se protéger de tout "magicien" ou autre personne aux dons étranges ou surnaturels, et de les brûler pour purifier les terres et ainsi éviter l’apparition des forces d’Ergaloroth. Cette discrimination sera plus importante dans la Gallie et l'Empire Central que dans tout autre pays d'Eraltis.

An 712

Les premiers dragons apparaissent dans la Gallie et sèment la même terreur que dans les pays voisins. Profitant de l'ingéniosité des nains, la Gallie crée rapidement des armes de sièges pour venir à bout de ces créatures puissantes. Les étonnantes armes chassent les dragons au Nord, mais également au Sud, dans l’Empire. Certains dragons élisent domicile dans les différentes chaînes de montagne de l’Empire, mais la plupart s’installent dans les montagnes de Lich. Les Impériaux, ne disposant pas des armes développées par les nains, forment des groupes d’attaque pour venir à bout de ces bêtes mythiques.

An 715

Un groupe d’aventuriers rentre au Palais Impérial à Heidelberg et offre l’un des plus surprenants cadeaux imaginables : des oeufs de dragon. Jusqu’alors, personne n’avait réussi à approcher les oeufs de ces majestueuses créatures, et voici que l’Empereur lui même pouvait poser les yeux dessus. Il fit couvrir les aventuriers d’or et ordonna que l’on couve les oeufs.

An 716

Après des mois de gestations, les dragons percent leurs coquilles. Sans leur mère pour s’occuper d’eux, ils reposent sur les bons soins des humains qui les élèvent. Extrêmement intelligents, ils comprennent rapidement que les humains ne leur veulent pas de mal, et se laissent approcher et nourrir.

An 718

Un Chevalier Dragon et sa monture.

Les dresseurs ont vite compris que les dragons sont bien plus intelligents que des chevaux ou même des chiens, et le dressage s’apparente plus à de l’apprentissage. Certains dragons sont plus têtus que d’autres, mais pour la plupart, leur montrer du respect suffit pour échanger avec eux. Pendant ce temps, l’Empereur collectionne de plus en plus d’oeufs de dragons et envoie toujours plus d’hommes en chercher.

An 719

Un homme chevauche un dragon pour la première fois. Ceci dit, les selles pour chevaux ne semblent pas suffisantes, le cavalier ne survit pas au vol, ou plutôt, à l'atterrissage. Des équipements plus spécifiques sont développés. De nombreux éleveurs de chevaux sont également invités au Palais afin d’utiliser leurs connaissances pour tenter de reproduire les dragons.

An 721

Les avancées technologiques et la plus grande compréhension des dragons permet de les monter de plus en plus facilement. L’Empereur décide de créer une unité spécifique pour chevaucher ces animaux uniques : les Chevaliers Dragons sont nés. Fasciné par les prouesses dont ces hommes sont capables, l’Empereur fonde leur académie au plus près du Palais Impérial.

An 740

Après des années d’intenses chasses, les dragons ont totalement disparu des montagnes de Lich. Le bruit court que des hommes stationnés dans les montagnes sombres en apercevraient de temps en temps, mais la taille des montagnes et la distance qui les sépare de la capitale rendent la chasse impossible.

An 908

Un cataclysme magique à la frontière Sud de la Gallie détruit la ville d’Aubeclair. Après une forte explosion, une faille vers les autres plans créa le chaos. L’endroit fût renommé [Plateau du Dragon].

An 1040

Malgré les Chevaliers d’Hylenor en station dans la ville, Hiérosolyme tombe aux mains des orcs. L'Empire Central demande l'aide de la Gallie, et le Roi Henri 1er répond favorablement. De nombreux soldats, appelés “Egides d’Argent” se mettent en route vers le front, qui oppose les orcs aux mortels. Le combat y est difficile et loin d'être gagné d'avance malgré le nombre importants de soldats composant l’armée unifiée. Les deux pays emploient leur main-d'œuvre à la production d'armes, d'armures et à la formation de soldats pour défaire les assauts des orcs. Finalement en 1046, les orcs sont repoussés en dehors des terres de l'Empire, et Hiérosolyme est reconquise définitivement. Alors que la plupart des hommes rentrent chez eux retrouver leurs anciennes vies, certains Egides d’Argent décident de rester et établissent leur quartier général à Hierosolyme pour assurer la défense de la ville Sainte.

L'Ère du Crépuscule

Situation actuelle

  • La grande faille qui s’est ouverte au Sud Est de l’Empire a surpris les différents royaumes, l’Empire le premier. Les forces qui avaient été envoyées dans le Prydain ont été rappelées d’urgence pour défendre l’Empire. De nombreux villages ont disparu, engloutis par la faille.
  • Des dizaines de forts ont été érigés tout autour de la faille, les soldats des différents royaumes y ont été répartis en attente de la guerre à venir.
  • Des premières escarmouches ont déjà eu lieu entre l’armée unifiée et des forces Rashkens aux abords de la Grande Faille.
  • Les forges naines dans les montagnes tournent à plein régime afin d’armer les soldats qui se préparent à la grande guerre.
  • Les Mandaux se préparent à ce que les Rashkens réapparaissent en nombre dans les Montagnes Sombres.
  • Les jeunes Chevaliers Dragons sont adoubés au plus vite afin qu’ils puissent rejoindre l’armée unifiée.
  • Tous les Impériaux craignent une invasion à grande échelle de leur terre natale.
  • La grande majorité des soldats qui a été rappelée pour combattre dans l’Empire a combattu plusieurs années dans le Prydain. Ils sont fatigués de combattre et ne partagent pas tous le patriotisme des Impériaux qui défendront leur terre jusqu’à la mort. Certains désertent et se tournent vers une vie de bandits de grand chemin.
  • Les jeunes mages sont vivement encouragés à emprunter un parcours militaire et à apprendre la magie de soin.
  • La grande majorité des forces armées situées à l'Est de la Grande Faille est composée de soldats Xian.

Politique

Système politique

Le Palais Impérial.

Jadis, l’Empire était dirigé par un Empereur désigné par ses différents seigneurs. Cela lui assurait la fidélité de ses bannerets. Hors, depuis quelques siècles, Dansen de Kruse, nom que très peu de personnes utilisent encore à ce jour, occupe le trône de l’Empire. Personne ne sait comment un homme a pu vivre aussi longtemps, bien que les rumeurs sur les origines de sa longévité sont nombreuses. D’aucun raconte que les nymphes, pour le remercier de leur avoir confié le protectorat du Lac d’Elfas, lui ont confié le secret de la vie éternelle; certains pensent que les consuls qu’il avait lui même nommés se sont retournés contre lui et ont pris le contrôle de l’Empire; les gardes impériaux sont également visés, l’un d’eux aurait secrètement renversé l’Empereur et pris sa place; d’autres pensent qu’Hylenor lui même, remarquant que l’Empereur était, de tous les hommes présents au sein de l’Empire, le plus à même d’amener Eraltis à vaincre les forces d’Ergaloroth, décida de lui conférer l’immortalité pour lui permettre de protéger les royaumes. Quelque soit l’origine de cette longévité, elle fut salvatrice à l’Empire.

L’Empereur : Dirigeant le royaume depuis plusieurs siècles, il a su unifier la totalité des hommes de l’Empire. Il apparaît rarement en public, et lorsqu’il le fait, il porte un masque d’Argent, symbole d’Hylenor. On dit que seuls les Haut Consuls et la Garde Impériale ont déjà vu son visage. Le bruit court dans les tavernes qu'il aurait été présent le jour de la ratification de la Grande Paix. Sa sagesse a su guider l'Empire depuis des siècles et les Impériaux lui sont reconnaissant pour cela.

La Garde Impériale : Garde rapprochée de l’Empereur, chacun de ses membres a juré fidelité à celui-ci et est prêt à mourir pour lui. Elle est composée des meilleurs soldats de l’Empire, mais l’on ignore tout de leur nombre exact. Ce que l’on sait cependant, c’est que certains des gardes sont d’anciens Chevaliers Dragon qui chevauchent désormais des dragons noirs, une espèce de dragon développée magiquement dans les laboratoires du palais impérial. Une fois juré allégeance à l’Empereur, la seule façon de quitter son service est de mourir pour lui.

Consulat : Organisation impériale mise en place par Dansen de Kruse lorsqu’il devint Empereur. Le consulat est divisé en trois parties, les consulats militaire, religieux et politique. Chacun des consulats compte quatres consuls et un Haut Consul, qui réfère directement à l’Empereur. Le rôle du consulat est de gérer l’Empire quotidiennement, l’Empereur ne se prononçant que lors des décisions les plus importantes. Les Hauts Consuls militaire, religieux et politique sont respectivement Djak Onill, Fallon de Goran et Mara de Jade. A l’exception des consuls religieux qui sont des Grands-Moines et le Patriarche de l’Empire, les consuls sont choisis par l’Empereur et le servent jusqu’à leur mort. Ils sont pour la plupart issus de familles nobles de l’Empire, mais certains hommes de grande valeur peuvent être élus au souhait de l’Empereur.

Seigneurs : Les différents territoires de l’Empire sont régis par des familles nobles. Celles-ci ont juré allégeance à l’Empereur et font appliquer sa volonté sur leurs terres. L’ordre de succession au sein de ces familles est défini et respecté par tous : le premier fils hérite des terres et du titre de Seigneur à la mort de son père, celui-ci devra se présenter au palais impérial pour jurer fidélité à son Empereur. Le deuxième fils doit rejoindre les Ordres religieux, que ce soit en prenant l’épée au sein des Chevaliers d’Hylenor ou la bure, c’est une immense fierté que de servir Hylenor. Le troisième fils doit défendre l’Empire, que ce soit en rejoignant l’armée régulière ou les Chevaliers dragons. Les autres enfants sont libres de faire ce qu’ils souhaitent. Bien que la plupart suivent la carrière d’un de leurs aînés, certains jeunes nobles choisissent de partir à l’aventure ou de combattre les forces d’Ergaloroth pour satisfaire Hylenor; ou se couvrir de gloire. Cependant, quoiqu'ils décident, leurs actes reflèteront toujours sur leur famille et ils feront leur possible pour honorer son nom.

Relations diplomatiques

Royaume de Gallie

La Gallie et l’Empire, qui était auparavant la Burrie, se sont fait la guerre à maintes reprises, mais ils ont compris, et ce depuis des siècles, que la paix est bien plus profitable aux deux pays que la guerre. Ils ont donc établi de nombreuses routes commerciales, et celles ci sont empruntées par de nombreux marchands tous les jours. Les us et coutumes des deux pays sont semblables : des années d’occupation par l’un ou l’autre royaume ont laissé leur empreinte sur la culture des deux pays. Il n’est donc pas inhabituel de rencontrer des expatriés dans l’un ou l’autre pays, les titres et rangs étant également respectés dans les deux pays.

Royaume du Prydain

Royaumes du Nord

Royaume des Asturies

Maaravie

Shogunat Kutogawa

Empire de Xia

Grâce à leurs systèmes politiques semblables, l’Empire Central et l’Empire de Xia ont très vite développé des alliances commerciales et militaires. La dernière en date et plus importante concerne la guerre contre le Prydain. L’Empire Central étant déjà occupé à combattre à la Grande Faille, il ne peut se permettre d’engager un grand nombre d’hommes dans la guerre contre le Prydain. De ce fait, l’Empire de Xia s’est proposé d’aider l’Empire Central dans sa propre guerre tout en continuant celle contre le Prydain en échange des éventuelles terres prydannaises qui reviendraient à l’Empire Central une fois la guerre finie. Les navires des deux empires se ravitaillent dans les villes côtières de l’Empire, et pour sceller cette alliance, Xia a offert des lynx xian à l’Empire Central afin de plus facilement chasser les créatures d’Ergaloroth dans les terrains difficiles.

Confédération Reokeri

Archipel d'Eïnélope

Avis du peuple

Depuis toujours, l’Empire repose sur l’ordre. Tous les Impériaux le comprennent, et aucun ne le questionne. Personne n’est inutile dans l’Empire, l’humble paysan nourrit le Seigneur qui le protège, et chaque parti est conscient qu’il ne serait rien sans l’autre. Cette vision très pragmatique propre aux Impériaux leur permet de comprendre qu’il est nécessaire d’avoir un gouvernement fort et uni. Ils respectent donc tous l’Empereur. Avant la création du Consulat, il arrivait que certaines affaires de moindre importance prennent un long moment à atteindre les oreilles de l’Empereur, mais depuis la mise en place des différents consuls, les affaires de l’Empire sont traitées avec une grande efficacité et le peuple en est des plus heureux. Les nombreux seigneurs ne craignent plus de déranger l’Empereur en lui demandant de l’aide ou en lui apportant de mauvaises nouvelles car ils savent que les consuls sont là pour le soulager, ce qui permet de vite régler les possibles soucis de tous. L’Empereur est également grandement respecté : de mémoire d’homme, il a toujours dirigé l’Empire, et il l’a toujours bien fait. Personne ne questionne sa légitimité, bien que certains se demandent comment cet homme peut toujours être en vie après tant d’années. Que ce soit le riche seigneur ou le courageux paysan, la charmante courtisane ou le fidèle prêtre d’Hylenor, l'homme ou le félydin, personne ne se sent inférieur à un autre au sein de l’Empire, ils savent qu’ils apportent tous leur pierre à l’édifice.

Militaire

Doctrine militaire

Troupes

Commerce

Ressources uniques

Routes commerciales

  • Routes terrestres entre les différentes villes de l’Empire ainsi que quelques voies maritimes et fluviales. Commerce de toutes sortes de denrées et autres ressources.
  • Nombreuses routes terrestres menant à Heidelberg. Importation de minerais et de produits d’élevage. Exportation de produits manufacturés de toutes sortes.
  • Voies maritimes et fluviales le long de la rivière de Drawehm, du Kellerwald et de la côté est de l’Empire. Commerce de toutes sortes de denrées et autres ressources.
  • Nombreuses routes terrestres menant à Fortcheim et Eurskrichen ainsi qu’aux nombreux forts entourants la Grande Faille. Approvisionnement en armes et nourritures pour l’effort de guerre.
  • Voie maritime entre l’Empire et les Asturies. Échange de ressources culturelles. Exportation d’armes et d’armures et importation de navires.
  • Voie maritime entre Lützelsoom et la Maaravie. Exportation d’alcool et d’armes Impériales et importation d'épices.
  • Voie maritime entre Lützelsoom et Bellepasse. Exportation de tissus, laines et produits d'élevages. Importation de chevaux.
  • Voie maritime entre Freienlinger et Liuyen. Exportation de minerais et d’armes. Importation de produits exotiques.
  • Voie maritime entre Eibemham et les Royaumes du Nord. Échange d'armes et d'armures contre tous types de ressources. Importation de rares oeufs de dragons payés à prix d’or par l’Empire et exportation de fourrures de qualité.
  • Voie maritime entre Eibemham et le Prydain. Importation d'arcs. Exportation de minerais.

Place dans le monde

Culture

Langue : Le Commun

HRP : Le Commun correspond à la langue française parlée de nos jours, sans toutes les expressions développées après le Moyen-Âge. Il n'est pas nécessaire de faire une description de celle-ci dans cette rubrique.

Fêtes

La Fête de l’Empereur (19 Olréys)

Fête relativement récente, la fête de l’Empereur est, comme son nom l’indique, consacrée à l’Empereur actuel de l’Empire. De nombreuses offrandes sont amenées au Palais Impérial et l’Empereur s’adresse au peuple en début d’après-midi. Son discours peut être entendu dans toute la ville grâce à des runes naines apposées sur les statues érigées en son honneur et qui relaient ses paroles. Une fois son discours terminé, l’Empereur déclare les festivités ouvertes. Parmi les activités les plus appréciées des Impériaux se trouvent les joutes, à cheval, mais également à dos de dragon. La soirée se conclue par de grands festins où chacun porte un masque gris ou d’argent comme le fait l’Empereur.

Le Jour de l’Empire (13 Norune)

Jour de l’Empire - 13 Norune : Le jour de l’Empire est un événement militaire et culturel très ancré dans l’esprit des Impériaux. Les forces militaires se regroupent et paradent dans les villes auxquelles elles sont rattachées. Tous les militaires et vétérans revêtent leurs plus belles armures et affûtent leurs épées pour l'occasion. Contrairement aux autres événements importants de l’Empire, celui-ci se passe principalement à l’extérieur des villes afin de permettre aux cavaleries et autres d’exercer leurs manoeuvres. Cependant, les nombreux militaires impériaux qui se baladent dans les rues avec leurs armures sont tout aussi impressionnants. Cet événement servait jadis principalement à montrer aux autres pays la force et la coordination des forces impériales mais est aujourd’hui plus une tradition qu’autre chose. Lors de périodes de guerres ou de combats, ce jour était consacré à la prière : les gens priaient Hylenor pour la victoire de l’Empire et pour que leurs êtres chers rentrent sains et saufs.

Guildes

Les Druides

Dans les forêts de l’Empire Central vivent des groupes assez mystérieux de druides. La population ne sait pas grand chose d’eux, si ce n’est qu’ils chassent les monstres dans leurs forêts et semblent être en relation avec les nymphes. Depuis la formation de la Grande Faille, ils ont recueilli de nombreux Dolréïdes dans leurs forêts. Les druides utilisent majoritairement l’infusion mais certains d’entre eux savent également manipuler la magie élémentaire : les anciens apprennent aux plus jeunes, qui transmettront leur savoir aux prochaines générations. Il arrive également que des druides se rendent dans les grandes cités Impériales pour y rencontrer des maîtres de magie et échanger avec eux.

Les Chevaliers Dragons

Les Égides d'Argent

Un Égide d'Argent combattant l'une des abominations d'Ergaloroth lors de la repise de Hierosolyme

Ordre ancestral, les Égides d’Argent sont les protecteurs de Hierosolyme depuis plus de cinq siècles. Lors de la prise de la ville par les forces d’Ergaloroth en 1040, l’Empire Central et la Gallie formèrent une immense armée afin de reprendre la ville Sainte : les soldats de cette immense armée furent appelés les Égides d’Argent en l’honneur de leur Dieu. Pendant six ans, la ville fut prise puis perdue à maintes reprises. Les forces d’Ergaloroth semblaient provenir sans fin des Terres Arides et ce, jusqu’en 1046, lorsque les Égides d’Argent reprirent pour de bon Hierosolyme. La guerre étant finie, le plus gros de l’armée décida de rentrer au pays, mais quelques valeureux guerriers décidèrent de rester sur place afin de protéger la ville contre d’éventuelles futures attaques des forces d’Ergaloroth. Ils établirent donc leur quartier général au centre de la ville, à quelques rues du quartier général de l’Ordre des Paladins. Ceci provoqua quelques tensions entre les deux ordres, mais leur objectif commun évita tout conflit. Aujourd’hui, les Égides d’Argent forment de grands combattants, très pieux, qui ont juré de protéger le peuple des forces d’Ergaloroth. Bien que la plupart de ces soldats reste à Hierosolyme, il n’est pas rare d’en voir certains dans les différents royaumes d’Eraltis.

Les Mandaux

Les Mandaux sont experts dans le maniement de nombreux types d'armes.

Guerriers mythiques, les mandaux vivent depuis des siècles dans les montagnes sombres. Bien que majoritairement humains, les mandaux sont plus qu’une race, c’est une culture, on retrouve donc des mandaux de toutes les origines. Respectés par tous pour leurs valeurs et leur talent au combat, leur renommée vient surtout de leurs armures, et plus exactement de leur métal. Extrait au sein des Montagnes Sombres, la Baissecare se rapproche de l’acier, mais est extrêmement plus rare. Possible uniquement au sein des Montagnes Sombres, la récolte de Baissecare est rendue quasi impossible par les Rashkens qui infestent ces chaînes de montagnes. Personne ne sait comment les mandaux parviennent à maintenir leurs mines opérationnelles, mais le fait est qu’ils y arrivent. Leurs armures sont l’objet de grandes convoitises, et certains collectionneurs sont prêts à payer une fortune pour en obtenir une. Cependant, aucun mandaux ne se séparerait de son armure qu’il considère comme une seconde peau. La rareté de ces armures est d’autant plus grande que lors de la mort d’un guerrier, il est de coutume pour sa famille et ses proches que chacun récupère une partie de son armure et la porte en hommage au défunt, le reste de l’armure étant reforgée. Il n’est pas rare de voir un vétéran mandaux porter une armure arborant une myriade de couleurs. Dans la culture mandaux, la couleur de l’armure a généralement un sens cher à son porteur, bien que certains se contentent de la choisir à leur goût. Outre son matériau unique, une façon simple de reconnaître une armure mandaux passe par le casque, qui a toujours une visière en forme de T ou d’épée, comme le masque d’Hylenor. Le premier casque mandaux était en fait le casque de Yannélor, l’Elu d’Hylenor. Après avoir repoussé les rashkens avec l’armée que le félydin avait levée, certains hommes décidèrent de s’installer dans les montagnes sombres afin d’empêcher les rashkens d’envahir de nouveau l’Empire, ce furent les premiers mandaux. Pour récompenser leur ferveur et leur dévouement, Yannélor leur offrit le casque béni qu’Hylenor lui avait précédemment offert. La visière de celui-ci représentait une épée, comme celle présente sur le masque du Dieu, et depuis ce jour, le casque est transmis de chef à chef. Il est donc de tradition d’avoir un casque avec une telle visière au sein des mandaux. Les femmes étant considérées égales aux hommes parmi les mandaux, et de par leur mode de vie guerrier, les mandaux n’ont pas le temps de porter et d’élever un bébé, et ont donc souvent recours à l’adoption. Que ce soit des enfants retrouvés dans les ruines d’une ville rasée par les créatures d’Ergaloroth ou des orphelins traînant dans les rues d’une grande cité, les mandaux ne choisissent que les plus prometteurs. Contrairement au reste des Impériaux qui sont élevés dans la culture de la guerre, les mandaux grandissent dans la culture du combat et y sont formés dès l’enfance. Malgré la distance qui les sépare de la capitale, ils respectent l’Empereur et vénèrent Hylenor, il n’est donc pas rare de voir certains mandaux vendre leurs services au sein de l’armée, bien qu’ils ne soient que très rarement utilisés comme fantassins. Leurs talents naturels pour la survie et le camouflage font d’eux d’excellents éclaireurs et espions. Ils sont généralement envoyés derrière les lignes ennemies en petits groupes pour saboter des lignes d’approvisionnement, de l’artillerie, ou assassiner une cible.

Cuisine

La nourriture séchée

Que ce soit du porc, du bœuf, de la volaille ou du poisson, les Impériaux ont appris à sécher absolument tous les aliments par diverses procédés. Même les fruits et les légumes y passent, et ce, pour une raison très simple : la conservation. Il est bien plus simple de conserver et de transporter des aliments séchés lorsque l’on part à la guerre.

La bière

La bière impériale est réputée dans tout Eraltis. Que ce soit la légère bière blonde des humains avec ses nombreuses déclinaisons d’arômes, ou l’épaisse bière brune que les nains produisent dans les montagnes sombres.

Le ragoût mandaux

Une histoire que les mandaux aiment à partager est celle du ragoût de Mantel. Mantel était l’un des premiers hommes à s’installer dans les montagnes sombres lorsque les Rashkens furent repoussés. Le soir venu, il jeta de l’eau dans une immense marmite, de la viande et quelques légumes afin de préparer un bon repas chaud à ses compagnons d'armes. Les hommes à nourrir étaient tellement nombreux que Mantel dut rajouter de la viande et des légumes au fur et à mesure du repas, et la marmite resta sur le feu toute la nuit. Le lendemain, la marmite était toujours sur le feu, et certains des hommes, s’étant régalé la veille, lui demandèrent de raviver le feu pour pouvoir se resservir, il ajouta donc de nouveau de la viande et des légumes, qu’il arrosa d’eau. Il fit de même les jours qui suivirent, et lorsque la taverne fut construite, il installa la marmite à l’intérieur et continua d’ajouter des ingrédients à la préparation. Son rituel quotidien devient une tradition, et les mandaux racontent que bien des générations ont passé et pourtant, le feu sous la marmite de Mantel n’a jamais été éteint et le ragoût y est toujours aussi bon. Si un mandaux vous prépare un jour un ragoût, acceptez, ce sera sûrement le meilleur ragoût de votre vie.

Les Chevaliers d'Hylenor ont une armure blanche et dorée qui leur est fournie par l'Ordre.

Religion

Les Impériaux sont croyants et pratiquants. Ils se rendent à l’église locale et vont prier régulièrement. Il n’y a pas d’horaires fixes pour les prières ou pour les rassemblements religieux, chacun vient lorsqu’il peut afin qu’il puisse finir son travail et surtout afin de ne jamais laisser le village sans protection. Les représentants d’Hylenor sont grandement respectés et sont accueillis gracieusement par tous lorsqu’ils se déplacent et nécessitent un endroit où se reposer. Tous les représentants du culte d’Hylenor sont accompagnés de Chevaliers d’Hylenor qui les protègent, que ce soit le moine du village ou le Patriarche Impérial, bien que la taille du cortège diffère considérablement.

A chaque naissance, le prêtre local est prévenu de l'arrivée du nouveau-né et l'inscrit dans un registre gardé par l'église.

Technologie

Magie

Points culturels

Environnement

Seuls les emplacements des cités et environnements particuliers sont représentés sur cette carte.

Les villes

Les villages

Cités particulières

Heidelberg, la capitale

Heidelberg, berceau de l’Empire. Située à l’Ouest du pays, à de nombreuses lieux de la mer intérieure et d’un quelconque cours d’eau, la capitale est une immense forteresse. Depuis sa création, la ville n’a cessé de grandir et de s’étendre. Ce qui était il y a des siècles des quartiers pauvres en périphérie de la ville se retrouvent désormais au sein de la ville et ce qui était autrefois la muraille de la capitale est désormais bien au sein de ses frontières. Suivant cette expansion, les différents gouvernements ont donc décidé de créer de nouvelles murailles entourant la ville, une fois, puis une seconde, et encore au fil des ans jusqu'à atteindre un total de cinq murailles, ce qui en devint la particularité majeure. Vue du ciel, la ville ressemble à une succession de cercles concentriques formés par les remparts. Au milieu de ces cercles se trouve l’une des plus grandes merveilles de l’Empire, le Palais Impérial, la demeure de l’Empereur. Cet immense édifice compte de nombreuses ailes pour les différentes institutions de l’Empire. On y retrouve l’Académie des Chevaliers Dragons, le Consulat Impérial, des écuries pour les dragons et les chevaux, différentes écoles militaires et de magie et bien sûr, des temples à la gloire d’Hylenor. La grande majorité de la population de la capitale est humaine, bien que l’on y dénombre également beaucoup de nains. A la périphérie de la ville et en dehors des murailles, on retrouve des elfes et quelques dolréïdes. Dans les rues se côtoient les statues à la gloire d’Hylenor et celles à la gloire de l’Empereur.

L'Académie des Chevaliers Dragons est l'une des nombreuses ailes du Palais Impérial.

Freienlingen

La ville portuaire de Freienlinger est une des plus vieilles villes de l’Empire. Son port est aujourd’hui la principale plateforme commerciale entre l’Empire Central et Liuyen, on y trouve donc un très grand marché oriental, et de nombreux marchands et expatriés des différents pays de Liuyen. Il arrive également d’y croiser quelques rares Konizans et Neimadas dans les quartiers qui entourent le marché et le port, mais ils ne les quittent que très rarement. Une des particularités de cette ville est qu’elle dispose, à l’instar de la capitale, d’une académie du dragon. Celle ci est bien plus humble que celle qu’on trouve à Heidelberg, mais elle forme tout de même de très bons soldats. Le prestige de l’académie du dragon de la capitale en a fait une école très sélective, et très chère, ce qui limite donc son entrée aux riches familles de l’Empire et aux nobles. Celle de Freienlinger, de par sa localisation et sa taille réduite, n’est pas aussi prestigieuse, ce qui permet à des soldats plus modestes de la rejoindre. Cependant, plus humble ne veut pas dire moins sélective : seulement les meilleurs sont autorisés à la rejoindre, et, bien que les dragons de cette académie soient pour la plupart plus petits que ceux de la capitale, d’aucun raconte que ses chevaliers sont bien meilleurs. Pour reconnaître les chevaliers dragons formés à Freienlinger, c’est très simple : leurs dragons sont de différentes nuances de bleu, et leurs têtes se rapprochent plus de celles de serpents que de lézards.

Eibemham

Située à la fois proche du Prydain et de Sacreport, la capitale de la Gallie, Eibemham est devenue au fil des siècles le plus grand port de l’Empire. Tantôt pour envahir ses voisins, tantôt pour commercer avec eux, la ville a permis à l’Empire de se mouvoir rapidement et efficacement, et ce principalement grâce aux immenses chantiers navals qui s’y trouvent. On raconte que le soir, à la taverne, les hommes parient sur le nombre de personnes qui se perdront dans le dédale que représentent les quais et les cales sèches le lendemain. De nombreuses routes relient la ville aux différents villages alentour, qui lui fournissent ressources et main d’oeuvre pour la construction de navires. De par son commerce avec le Prydain, on trouve bien plus d’elfe dans cette ville que dans n’importe quelle autre ville de l’Empire, y compris la capitale.

Steumeke

Stratégiquement située à l’embouchure Est du Kellerwald, Steumeke était à l’origine un petit port militaire qui permettait à l’Empire d’imposer la taxe Kellerwald à tous les navires voulant l’emprunter. Celle-ci permettait à la fois d’assurer une entrée d’argent facile à l’Empire, mais servait aussi à financer les différents navires de patrouille qui assuraient aux équipages marchands une traversée sûre contre les créatures qui infestaient les Terres Arides. Hors, avec le temps, et grâce à son climat bien plus chaud que dans le reste de l’Empire, de nombreux nobles et riches marchands vinrent s’installer dans la ville et permirent son développement. Un fort fut créé sur une île à l’embouchure du Kellerwald et la ville devint bien plus accueillante. Sa proximité avec le désert des Terres Arides attira également nombre d'expatriés Maaraves, qui apportèrent avec eux leur culture et la mélangèrent à celle des Impériaux. La bourgeoisie locale accepta avec joie l'exotisme apporté par les Maaraves et ils s'approprièrent leur culture. De nombreux commerçants font donc l'aller-retour entre la ville et les ports Maarave pour y vendre des babioles en tout genre à prix d'or. Le plus fort symbole de l'influence Maarave reste la présence d'arènes de combat, qui sont les seules de l'Empire. Contrairement à la Maaravie cependant, il n'y a pas d'esclaves dans l'Empire, ce sont donc des hommes libres qui combattent entre eux ou contre des monstres pour l'or et la gloire. La mixité culturelle ambiante ne s'arrête pas à la Maaravie, de nombreux dolréïdes vivent également à Steumeke, et on y trouve également des expatriés de Liuyen, bien qu'en moindre mesure. Des caravanes marchandes partent régulièrement de Steumeke en direction du Désert de Raishaïla afin de commercer avec les tribus nomades locales.

Des bateaux de tous les horizons font escale à Steumeke.

Lützelsoon

Bonnhigën

Igensdöre

Kaisertuhl

Haiterbach

Eurkrichen

Fortcheim

Hierosolyme

Lieux particuliers

Forêt de Hildesheim

Forêt d'Aldelyn

Bois de Loburg

Bois de Lichtenberg

Collines de Gleicheberge

Montagnes Sombres

Montagnes de Lich

Pics Leunigen

Plateaux de Muggelberg

Lac d'Elfas

Ruines d'Heibarch

La Grande Faille

Désert de Raishaïla

Une nomade du désert de Raishaïla

Situé au sud du Kellerwald, le désert de Raishaïla est la partie nord des Terres Arides. Celle-ci fait partie de l’Empire Central, mais purement et simplement parce que personne d’autre n’en veut. A une époque révolue, cette région était couverte de plaines, mais le désert s’est étendu et a englouti les villages qui y existaient. Et avec le sable est arrivé un danger bien plus grand : les créatures d’Ergaloroth qui peuplent ce lieu désolé. La plupart des habitants des villages locaux ont fui le désert, mais certains ont décidé de rester. Aujourd’hui, ces gens ne ressemblent plus du tout aux Impériaux qui habitaient ces terres des siècles plus tôt. Les nombreuses rencontres avec la faune locale en ont fait des guerriers endurcis, et la rareté des ressources les a obligés à se nomadiser. Ils commercent régulièrement avec des marchands de passage sur le Kellerwald ou des caravanes venant de Steumeke, mais ils refusent de se mélanger au reste des impériaux. Les différentes tribus se distinguent par leurs tatouages faciaux.