Shogunat Kutogawa

De Hylenor Wiki
(Redirigé depuis Le Kutogawa)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Résumé

Le Shogunat Kutogawa est l'un des trois empires de Liuyen. C'est un empire militaire dirigé par une dynastie de shoguns. Il a été en guerre contre le Xia depuis des siècles mais à l'apparition de la fausse mort a pu instaurer une trêve entre les deux pays. Le Shogunat se concentre maintenant sur lui-même de manière à combattre les catastrophes magiques récemment apparues.

Le Kutogawa est composé de onze îles; les deux plus grandes étant Yoshibestu et Nakajima. Son territoire s'étend sur des milliers de kilomètres du nord au sud, son climat est donc variable en fonction des îles. Les îles sont composées de nombreuses montagnes si bien que le climat sera différent entre la partie située vers la mer du Milieu et celle du coté du Xia. L'ensemble est en général tempéré, mais il fait plus frais dans les îles au nord et plus chaud et doux au sud.

Le peuple des îles Kutogawa est poli, respectueux, propre et discipliné. Ils ont des allures de modestie bien qu'en réalité il s'agisse d'un trait de leur politesse. Ils manient un langage diplomatique, ce qui pose problème quand on cherche à connaitre leurs sentiments. En effet ceux-ci sont souvent cachés sous les formalités et les notions de rangs qu'ils apprécient.

Les humains sont une majorité tandis que les konizans et les neimadas sont équitablement moins nombreux.

Sommaire

Sommaire

Géographie

Kutogawa1.jpg

Histoire

(Doit être révisé)

Années 1000

Un nouveau millénaire commence mais le premier demi-siècle ne sera que de survie. Tout développement économique, scientifique ou magique est figé à cause des ressources dépensées afin d’éradiquer la fausse mort.

Années 1042 à 1043

C’est en l’an de grâce 1042 que le grand navigateur Nashio Saeji découvre Eraltis. Il s’agit encore aujourd’hui d’un héro national dont l’histoire est contée dans toutes les régions. Les Kutoga sont très fiers de cette découverte et on décidé de faire en sorte d’être la passerelle incontournable avant d’accéder au reste de Liuyen. Cette découverte, bien que peu utile à court terme face à la fausse mort a su donner du baume au coeur des Kutoga et leur rendre leur rage de vivre et de se battre.

De 1067 à nos jours

La Grand Paix est l'occasion rêvée pour les Kutoga de se tourner vers le développement du pays ainsi que des relations avec le reste du monde. Jusqu’ici, Kutogawa était resté très fermé au reste du monde mais il se rendit vite compte que ses produits traditionnels et exotiques étaient très recherchés dans le reste du monde et avec le potentiel économique subséquent, les commerçants ne se furent pas priés. C’est ainsi qu’une toute nouvelle campagne économique s’était instauré avec pour objectif premier: l’exportation. C’est aussi à cette période que les guildes d’explorateurs, d’érudits et de mages se développent à une vitesse jusqu’alors inédite, permettant des avancées majeurs dans tous les domaines. C’est dans une ère prospère que Kutogawa profite d’une paix mérité mais cherche déjà du regard les prochains malheurs qui s'abattront sur le monde.

L’Ère des Héros

L'Ère du Crépuscule

Évènements récents

Politique

La politique dans le Shogunat est particulière. Un étranger aura sûrement du mal à comprendre les spécificités de certaines arrivées au pouvoir, intimement liées à la façon de penser des Kutoga.

Système politique

Voici d'abord comment s'organise le pays:


Shogun: Akiro Haron, le Patient (26 ans/humain) Akiro est l'un des plus jeunes Shogun que Kutogawa est connu. Sage et avisé, il ressemble beaucoup à son père Kotaro Haron. Grande médiateur lors des réunions des grands maîtres Zen, il sait toujours trouver des alternatives fiables aux situations compliquées. Critiqué pour son manque d'expérience, il reste globalement respecté au delà de sa position importante.
Le prochain Shogun est toujours le premier enfant de la famille du Shogun actuel, qu'il s'agisse d'un garçon ou d'une fille. Si celui-ci meurt, c'est l'enfant plus jeune qui prend sa place. Si un Shogun meurt sans descendance les Maîtres Zen demandent alors à l'Ermite de prendre place en tant que souverain du pays, pour éviter les assassinats ou les mesquineries entre les Maîtres pour s'emparer du pouvoir.


L'Ermite: Akaton Kano (87 ans/Neimada) Vieux Neimada respectable. Il a toujours su s'acquitter de ses fonctions et trouver les bonnes solutions. Ancien grand voyageur à travers Liuyen, il semble avoir atteint un état de paix intérieur maximal. Proche du décès, sa flamme est régulièrement scrutés depuis la mer la nuit.
L'Ermite reste à son poste jusqu'à sa mort. À partir de là, un nouvel Ermite est choisi par les maîtres Zen. L'Ermite possède une place dans le conseil des Zen mais ne peut rejoindre la capitale uniquement si le Shogun le demande. Il est chargé d'accorder le Conseil des Zen en cas de choix difficile. Il vit isolé sur l'île de Yamana après avoir passé la cérémonie de l'"Ascension".


Le stratège: Garashi Gaokai, l'Inflexible (49 ans/humain/2 ans restants au pouvoir) Homme d'âge mûr qui face à la paix consensuelle n'a pas vraiment pu profiter de ses compétences de stratège. Il a principalement été enseignant pour la génération suivante. Son objectif était de ne pas perdre le savoir faire de la guerre. Sa devise est: "Cela aussi, ça passera."
Le stratège s'occupe de gérer Yoshibetsu et porte le titre de chef des armées même si le Shogun peut écarter ses stratégies souvent très justes. Il est élu pendant 15 ans. Seuls les nobles peuvent voter et être élus. Un noble peut-être élu autant de fois que possible. Il a aussi sa place dans le Conseil des Zen.


Le Combattant: Atoran Okori, le Bouclier Colossal (50 ans/Konizan) Grand combattant à travers tout le Shogunat, c'est principalement contre les créatures du Perfide ou les monstres qu'il a fait ses preuves. Originaire de Naramatsunai, ce géant est décrit par ses frères d'arme comme un homme au coeur pur avec ses alliés et sans pitié avec ses ennemis
Plus grand combattant du pays, le Combattant assume aussi la lourde responsabilité Grand Général. Maître dans l'art de la tactique, il coordonne ses troupes suivant le plan du Stratège. Il a une place dans le Conseil des Zen.


Le Sage: Jidan Ikataramai (64 ans/Humain) Après 30 ans de loyaux services, Jidan Ikataramai continue à travailler avec ferveur pour le Shogun. Proche de celle-ci puisqu'il a connu son père, il est de plus en plus influent avec l'ouverture du pays aux autres cultures.
Le Sage représente le pays lorsque le Shogun est occupé ou lorsqu'il s'agit d'aller dans un territoire étranger. Il dirige la ville de Kimogata et possède une place dans le Conseil des Zen. Il reste au pouvoir 15 ans et peut être réélu à volonté par les autres nobles.


Le Noble: Maruki Shijani (38 ans/Humain) Grand homme peu bavard mais très efficace. Malgré tout les problèmes qu’il a pu rencontrer dans sa ville, il s’est toujours débrouillé pour en venir à bout sans sourciller, quitte à faire les choses lui-même. Il est en très bon termes avec Atoran Okori qui était un de ses amis d’enfance.
Le Noble doit maintenir l’ordre et la cohésion dans le pays pour s’assurer que certaines dogmes soient respectées. Il siège au Conseil des Zen et dirige la ville de Kumisuhoro. De plus, il se doit de faire remonter les doléances du peuple aux oreilles des autres Maîtres.

Le Conseil des Zen:

Le Conseil des Zen a lieu tous les mois dans le palais du Shogun. Tous les membres se retrouvent mis à part l’”Ermite”. Ils discutent alors de l’économie, la politique, de loi ou encore de conflits. Il s’agit là de prendre les plus grandes décisions pour le pays et de s’informer sur le Shogunat et s’assurer de son bon fonctionnement.


Le cas des villes et villages sans Maître Zen:
Dans le cas où un une ville ou un village ne possède pas de Maître Zen pour la diriger, c’est la ville qui s’occupe d’elle même d’instaurer son système politique, souvent très méritocratique. Bien sûr, ils doivent suivre les instructions des instances supérieures comme le Conseil des Zen.

Relations diplomatiques

Empire de Xia

Confédération Reokeri

Royaume de Gallie

Royaume du Prydain

Empire Central

Royaumes du Nord

Royaume des Asturies

Maaravie

Archipel d'Eïnelope

Avis du peuple

Militaire

Stratégie

Troupes

Commerce

Ressources uniques

Routes commerciales

Place dans le monde

Culture

Le Yashi

Le Yashi est la langue officielle de Kutogawa et est parlée dans tout le pays. Efficace et claire, elle permet de donner une grande quantité d’informations en très peu de temps.

Syllabaire

Le Yashi ne s’écrit pas avec un alphabet mais avec un syllabaire que voici:

A I U E O KA KI KU KE KO GA GI GU GE GO SA SHI SU SE SO SHA SHI SHU SHE SHO ZA JI ZU ZE ZO TA CHI TSU TE TO CHA CHI CHU CHE CHO DA DI DU DE DO NA NI NU NE NO HA HI FU HE HO FA FI FU FE FO BA BI BU BE BO PA PI PU PE PO MA MI MU ME MO YA YU YO WA WO N

Toute autre syllabe n’existe pas. Les consonnes seules n’existent pas mis à part le N. Le mot “Gamdo” ne peut donc pas exister car le M du GA M DO ne figure pas dans le Syllabaire.

Prononciation

Le A se prononce A. Le I se prononce I. Le U se prononce entre le E et le OU. !Attention!: Si il est à la fin d’un mot, on ne prononce que la consonne. Le E se prononce É. Le O se prononce O.

Le R se prononce L. Un O après un U formera un O long équivalent à deux syllabes.

Le rythme dans chaque mot est très important. Chaque syllabe doit avoir la même durée, sinon le mot peut avoir un tout autre sens.

Si la consonne est doublée, on marque une pause d’une syllabe au niveau de cette consonne. Si la consonne est fricative, on la prolonge, sinon on marque une pause.

Exemple: Le Katto (alcool Kutoga)

L’accent Kutoga

Quand un Kutoga maîtrise peu voire mal un langage qui n’est pas le Yashi, certaines erreurs pourront trahir ses origines:

Dire les mots de manière saccadée, comme s’ils parlaient en Yashi. Ne pas suffisamment marquer les voyelles. Avoir du mal avec les R ou les E qui n’existent pas dans leur langue natale.

Fêtes

Le nouvel an (1 Kadiel)

De loin la plus grande fête qu'on célèbre dans tout le Shogunat avec passion. On célèbre cette fête comme un renouveau. On trinque pour la prospérité.

La fête du Shogun(9 Hylenys)

La fête du Shogun est ancienne et très traditionnelle. Les Kutoga la trouvent plutôt arriérée malgré le fait qu'il s'agisse d'une fête nationale. Les régions de l'est ne la célèbrent presque plus. La fête consiste à danser autour d'un Dragon en bois préalablement construit et mis à feu.

La fête de Nashio (28 Kadiel)

Date à laquelle le grand explorateur Nashio Saeji. Cette fête commémore les pertes dues à la Fausse Mort mais aussi l'espoir et l'unité du pays. En réalité, cette fête est presque aussi importante que le nouvel an et c'est ce jour que tous les conteurs du pays racontent une nouvelle fois l'histoire du grand navigateur.

Guildes

Cuisine

Il existe deux types de “plats” dans Kutogawa. Le premier est un plat copieux principalement constitué de viande que l’on partage avec d’autres invités ou la famille. Le second plat est souvent constitué de poisson. Ces plats sont consommés individuellement et la société veut qu’on ne se montre pas en train de manger ceux-ci. Les plats copieux se nomment les Bento et les plats plus légers les Danto. Le principe des plats est qu’il faut pouvoir manger chaque morceaux en une bouchée avec des baguettes.

Bento

Kitoru yu Koto (Kitoru et Miel): Baies de Kitoru cuites dans du miel, créant un goût salé-sucré très apprécié dans le sud pays. On L’accompagne souvent avec des légumes plutôt légers car il s’agit d’un plat lourd. Le miel vient combler l’acidité des baies et légèrement le caraméliser.


Bento no Bento (Le plat des plats): Assemblage de différentes viandes comme du boeuf, du mouton et du gibier. Les cuissons peuvent être différentes, ce qui compte c’est de proposer les meilleurs saveurs à ses invités.


Bento no Yobura (Le repas des chasseurs): Viande de gibier uniquement comme le sanglier, le cerf voire le loup pour les plus importants repas. La viande est fourrée de mélanges de légumes et cuite au Botto. Le plat a survécu malgré un historique de de nombreux assassinats commis en y ajoutant du poison. Maintenant, il est considéré qu'en manger rends plus résistant.

Cuisson au Botto

Le Botto est une sorte de grand bol légèrement aplati en métal. On le place sur le feu avant de placer des viandes, du poisson ou encore des légumes que l’on fait régulièrement sauter. Le tout cuit dans un bouillon, mélange de jus de viande, d’épices et d’huile d’olive.

Danto

Sorumon na Sate (Les saumons venant de Sate): Saumon parfois garni entouré d’algues comestibles au goût très fin. Ils sont la plupart du temps accompagné de riz au vinaigre qui n’est pas apprécié de tous. Le plat se compose soit de formes cylindriques ou de formes allongées qui ne possèdent alors ni garniture, ni algues, le riz étant alors directement placé sous le saumon.


Shure Toru (Riz collant): Sous forme de sphère compacte, le Shure Toru est le plus répandu mais aussi le plus commun des Danto. Quand les Kutoga considère qu’ils n’ont pas le temps de manger, c’est ce qu’ils avalent alors. Le riz trempe dans l’eau froide pendant une demi-heure avant d’être cuit dans l’eau chaude pendant une dizaine de minutes. Le riz sera ensuite gluant et facile à manger avec des baguettes.

Les règles de bienséance

Les règles de bienséance sont omniprésentes en Kutogawa. Savoir les manier c’est savoir se faire apprécier des Kutoga.

Règles générales

Ne pas embarrasser autrui. Ne pas effectuer de contacts physiques, si ce n’est avec la famille. Ne pas crier de manière générale. Ne pas fumer en public, préférer le faire chez soi. Ne pas être nu ou fortement dénudé en public.


Règles à table

Les Kutoga mangent avec des baguettes et quelques règles importantes existent lors des repas:

Ne pas chercher le meilleur morceau dans les plats et prendre spontanément le plus proche. Ne pas manger toujours la même chose et goûter à tout. Faire du bruit en mangeant n’est pas du tout dérangeant. Ne surtout pas planter ses baguettes dans le riz. Cela représente le deuil et la mort récente d’une personne.

Les alcools

Katto:

Alcool créé à base de baie de Kitoru, il est connu comme étant l’alcool faisant détaler les moins habitués au premier vers. Ayant une teneur d’alcool de 70 degrés et surtout un goût très sec qui reste dans l’estomac pour un bon moment. C’est surtout dans l’Est que cet alcool est consommé à profusion, notamment pendant les fêtes ou les grands évenements.


Sake:

Le Sake est un alcool bien plus léger qu’on peut consommer raisonnablement en journée. Fabriqué à base de riz, sa teneur en alcool se situe entre les 14 et 17 degrés suivant sa région de production. De couleur blanchâtre à transparente, elle accompagne très bien un bento. Il est d’usage de boire le Sake par petite gorgée, pour montrer son désintérêt à l’alcool ne pas passer pour un alcoolique. En effet, c’est un alcool que certains Kutoga consomment toute la journée sans retenue.

La musique

Kutogawa ne possède réellement de style musicale identifiable mais plutôt un mélange d’inspirations venant de tout Liuyen. Par ailleurs, il existe un instrument purement Kutoga, le luth kutoga. Ce luth a pour particularité d’avoir une bien plus importante caisse de résonance et un plus long manche. Ces différences ont pour conséquences de rendre le son bien plus grave et plus profond (L’instrument se situe deux octaves plus bas qu’un luth normal).

Religion

La religion prend un place importante dans la société, le culte majeur étant largement celui d'Hylenor. L'indifférence envers ce culte est critiqué mais courante dans les basses sphères de la société. Les nobles et les membres puissant du Shogunat représentent le culte d'Hylenor et pratiquent beaucoup. La foi envers Hylenor lorsqu'elle n'est pas prouvée ne fait que fermer des portes que ce soit dans la thaumatologie ou la politique. Il n'y a que le commerce qui est plus ou moins épargné. Pour ce qui est des bâtiments religieux, les Kutoga prient dans de grands temples qu'on ne trouve que dans les grandes villes. Sinon, les populations en campagne prient chez eux en famille sur des Go qui sont des tapis aux couleurs vives très raffinés. Quand quelqu'un est malade, il est d'usage de le laisser prier chez lui pour ne pas amener sa maladie dans un lieu saint.

Technologie

Le Shogunat n'est pas une région novatrice en terme de prouesses technologiques. Elle suit simplement le développement des autres pays de près pour ne pas prendre du retard. C'est par son imprégnation fortement traditionaliste que le développement scientifique est limité. C'est plutôt l'art et la philosophie qui se développe au sein de grandes institutions respectées dans tout le continent. Il n'y a qu'un domaine où le Shogunat reste maître et ça de loin et il s'agit de la fabrication de bateaux, cartes maritimes et la formation de main d'œuvre dans ce domaine. Marins comme charpentier montrent une prodigieuse avance reconnaissable mondialement.

Magie

La magie au Kutoga s'articule de manière inhabituelle par rapport au reste du monde puisqu'elle n'existe qu'à travers une guilde qui se veut neutre et ne suit qu'une philosophie, le Nen. Le Nen est le courant de pensée invitant chaque individu à penser au delà de ses propres intérêts pour s'étendre aux intérêts de la société toute entière avec comme point central le culte d'Hylenor. Les mages ressortissant de cette institution sont nommés les Yaru. De personnage banal à Yaru, toute la formation entre ces deux titres s'appelle l'ascension (À ne pas confondre avec le rituel de l'ascension des Ermites). Les étudiants doivent prouver leur foi et, avant de devenir Yaru deviennent Yarushi. Les Yarushi doivent quitter le Kutoga pendant plusieurs années pour aller aider bénévolement les gens d'autres pays en sauvant la vie des plus démunis par le biais de chasse au monstres. Ils retournent ensuite vers leur institution et s'ils sont jugés aptes, ils deviennent Yaru. Les Yaru sont financés par l'école des Yaru, elle même financée par des dons du monde entier. Il n'y a pas besoin d'être Kutoga pour devenir Yaru, il faut simplement être apte à pratiquer la magie et embrasser la philosophie du Nen. Les Yaru sont souvent très bien considérés de tous, estimés pour leur force et leur bonté.

Points culturels

Environnement

Seuls les emplacements des cités et environnements particuliers sont représentés sur cette carte.

Les villes

Les villages

Cités particulières

Lieux particuliers

La capitale, Yoshibetsu

Yoshibestu est la ville la plus importante de tout le shogunat. C'est la capitale politique, économique et religieuse du pays. Elle abrite le palais du Shogun et de ses conseillers, les Maîtres Zen. Le Temple Sacré d'Hylenor se situe sur une colline au centre de la ville qui a lui seul attire de très nombreux pèlerins et visiteurs tout au long de l'année. Le palais du Shogun est un quartier à lui seul, légèrement décentré vers le nord du centre ville. Il contient de nombreux bâtiments administratifs ainsi que l'habitation du Shogun et toutes ses installations. C'est sans aucun doute l'endroit le mieux gardé du pays, de part son importance politique évidente, mais aussi pour tout les secrets historiques qu'il contient. Les alentours de ce quartier est noble et riche. Nombreux sont les nobles souhaitant vivre autour du Shogun ou à proximité des Maitres. Le temple d'Hylenor a été construit il y a de cela presque un millénaire et à été réparé, agrandi et sublimé au fil du temps. Même si les travaux ont permit de lui trouver des installations plus adaptées, la fidélité avec le temple originel a toujours été conservé au maximum, servant de joyaux magnifique face à l'avancée du temps. L'architecture du quartier autour de l'endroit reste très traditionnelle, on appelle cet endroit l'ancienne ville. Le reste de la ville baigne lui aussi dans l'héritage Kutogawa: On ne trouve pas une rue sans au moins une statue qui ovationne le culte d'Hylenor ou des Héros. On trouve dans la capitale les meilleurs écoles de stratégie et de tactique, faisant perdurer la tradition militaire à travers les siècles. Ces établissements prestigieux sont très demandés et la concurrence est rude pour y entrer. Dans le sud de la vieille ville, on retrouve l'imposant siège de la Guilde des Samouraïs. Un gigantesque trafic tourne autour de ce bâtiment qui a pris tant d'importance après tous les assauts du Perfide. Enfin, le port de Yoshibestu est réputé pour fabriquer les meilleurs navires de Liuyen, rapides et résistants, les premiers capables de rejoindre Eraltis. C'est aussi une plateforme d'échange entre les deux continents qui rapporte énormément aux plus grandes compagnies marchandes de la ville. Le commerce entre les deux autres pays de Liuyen est aussi très lucratif, mais le Kutogawa se qualifie par son export important de ressources exotiques.


Naramatsunai

Située au sud-est de l'île de Nakajima, Naramatsunai (parfois appelée Narai), porte fièrement l'histoire de Kotora Najajima, grand samouraï de la guerre de Xia. Martyr des conflits de l'île de Kitajo, son nom a été donnée à la capitale militaire du pays. Naramatsunai est la seule ville vraiment fortifiée, mais elle est renommé comme étant imprenable. Là-bas siège le plus grand stratège Zen, qui est aussi le plus grand et fier combattant du pays. C'est le seul maître Zen qui n'est pas élu par la noblesse mais directement choisi par le Shogun, aux recommandations des grands généraux. Dans la ville, un système de double rangée de murailles invite les armées étrangères à passer leur chemin. La vie dans la ville en elle-même est assez médiocre, l'architecture de la ville ayant priorisée défense et la présence du maximum de soldats. L'économie dans la ville tourne au ralenti, sans réelle croissance. Même si son développement est limité, la ville n'a pas vraiment eu besoin de se reconstruire comme le reste du pays après les attaques du Perfide, économisant d'importantes ressources. Économiquement parlant la ville survie uniquement par perfusion venant de la capitale. Pendant les guerres, presque toutes les dépenses liées à l'armée se concentraient ici. Aujourd'hui, ce n'est plus que l'ombre d'une ancienne cité pleine de vie. Un rite appelé l'Éveil se pratique uniquement dans la ville. Un combattant ayant fait ses preuves, que ce soit en sagesse, en tactique ou en combat pur devient alors samouraï.


Kimogata

Kimogata est la troisième plus grande cité du Kutogawa. Un Maître Zen y réside de manière permanente. La cité de repose principalement sur la pêche et l'exploitation de la jungle de Hanato pour garder une économie stable et permettre à la ville de se développer sans contraintes. Depuis qu'Eraltis a été découverte, la ville est sujette à de plus en plus de tourisme pour ses différentes installations uniques et innovantes. Les gens la surnomme la Ville du Progrès. Le Maître Zen actuel se nomme Tobashi Gama et est un représentant de la force diplomatique et thaumatologique du Shogunat. On retrouve beaucoup d'écoles de magie, principalement arcaniques, qui attirent des élèves de tous horizons. La ville est basée sur une architecture très novatrice. Un système d'irrigation complète permet la dissémination de fontaines rendant l'accès à l'eau très facile. De plus, l'installation d'égouts très efficaces c'est fait durant les quelques dernières décennies, rendant l'hygiène de vie encore plus saine, venant s'ajouter à l'hygiène naturelle que les Kutogas placent au plus haut. La ville est en très bon termes avec les autres régions du Shogunat puisque ses avancées technologiques se propagent à travers les villes et villages, permettant à tous de bénéficier d'un meilleur cadre de vie chaque année. On trouve au centre de la ville le dojo du Maître Zen, une grande école réservée aux meilleurs du pays, apprenant aux élèves l'art de la diplomatie or de la manipulation de l'arcane. On y apprend aussi des langues très nouvelles comme les langues traditionelles d'Eraltis qui sont méconnues en Liuyen. Dans les quartiers nord, on retrouve les habitations des gens les plus aisés et au sud de la ville le grand port, lieu d'échange où l'activité ne s'arrête jamais. Enfin à l'ouest, on retrouve toutes les écoles de magie et d'art oratoire. On y trouve aussi des écoles d'arts, faisant naître de grands écrivains, peintres ou musiciens. La population Konizan est plus forte dans la ville par rapport à la moyenne, restant néanmoins encore loin de celle des humains mais significativement plus importante que celle des Neimadas.


Narashina

Narashina est une ville qui su face au fil des années, conserver l'identité propre du Kutogawa. Même avec la popularisation et l’exportation du Kitoru créant des un passage incessant de marchands, la cité ne s’est pas vraiment transformée. Au premier coup d’œil, on remarque l’architecture traditionnelle du nord du Kutogawa. Les constructions sont très ouvertes et bâties pour résister à la mousson. Les ressources principales utilisées dans le village se trouvent dans la jungle Kuchiri au sud. Ce n’est pas tant l’atmosphère du culte d'Hylenor qu’on trouve dans la ville mais plutôt des préceptes primordiaux de la voie du sabre. Tout est fait pour ne pas importuner autrui. On dit que c’est à Narashina que l'on trouve les gens les plus sociables, avisés et attachants. L’économie se base sur l’échange intérieur des ressources. L’exportation et l’importation sont des choses encore très nouvelles qui n’ont pas vraiment d’intérêt dans le cœur des habitants. Le plus souvent, les habitants qui ont de l’ambition quittent la ville pour des cités plus actives comme la capitale ou encore Kimogata. Ceux qui restent sont des gens plus modestes, qui n’ont pas d’attrait particulier pour la richesse ou le pouvoir. On dit que ce sont les "Vrais Kutogas". Un culte s’est d’ailleurs développé, toujours rattaché à Hylenor mais qui se tourne vers des valeurs d’équilibre, inspirées par Erèbe et Luée dans un autre temps. Malgré le climat paisible de la ville, une organisation criminelle s’est solidement installée dans celle-ci. Personne n’ose réellement les renverser, de peur de troubler la tranquillité de la ville. Le quartier nord de la ville est territoire de cette organisation, qui était à la base une riche famille qui a peu a peu étendu son influence. Cette information restée pendant longtemps entre les habitants s’est exporté en même temps que le Kitoru et le bois de jungle. On dit que le Conseil Zen passera bientôt à l’action.

Shakorano

Shakorano est une grande ville portuaire, profitant largement de son orientation vers le reste de Liuyen pour développer énormément l'exportation de ressources. Parallèlement, c'est la seule villes du pays où l'on peut trouver le plus d'étrangers venant s'installer dans Kutogawa. L'architecture aux extrémités de la ville est sujette à des inspirations d'autres régions de Liuyen. Quelques écoles et guildes de mages élémentaire se trouvent en centre ville, directement présidé par des immigrants de Xia. Avant la guerre, la magie élémentaire était très peu développée, mais la paix générale a permis au Shogunat d'importer de nombreuses connaissances sur cet art. Pendant la guerre, la cité était très tendue tant la menace d'invasions était grande. Plusieurs entraînements avaient été réalisés pour préparer la retraite en cas d'invasion, le temps que l'armée située à Naramatsunai réagisse. La stratégie utilisée avant le départ aurait été la terre brûlée, après quoi la flotte Kuoga viendrait les évacuer puis empêcher le ravitaillement des envahisseurs. Heureusement cette stratégie n'a jamais eu à être exécuté, le front principal s'étant étendue sur l'île de Kitajo. Les routes commerciales aujourd'hui bien implantées ont exporté les idéologies Kutogawa comme la voie des lames. Le pays pendant longtemps fermé s'ouvre peu à peu au reste de Liuyen à travers ce port.


Kikoraha

Kikoraha est le village le moins représentatif de la culture Kutogawa. Il se trouve être très sauvage, à l'inverse du raffinement qu'on retrouve à travers le reste du pays. Il y a bien une raison à cela, qui n'est ni plus ni moins que la présence de la forêt de Naitou à proximité. Les dangers encourus pour chasser et survivre sont tels que la population s'est transformée peu à peu, s'habituant à la violence de la vie. C'est sûrement grâce à cela qu'on trouve là-bas les meilleurs chasseurs du pays, faisant preuve d'un courage et d'un sang froid même face à un ennemi plus fort et rusé. Le village en lui même vit de la pêche et de la chasse. Les bâtiments s'organisent autour d'une petite place centrale qui rassemble chaque nuit de pleine lune tout le village. Il s'agit de la fête des morts, un moyen d'honorer les morts en buvant à leur santé et en s'amusant plutôt qu'un deuil classique qu'on retrouve dans le reste du pays. Le rang social dans le village dépend de ses qualités de chasseur mais en réalité, c'est la personne qui survit le plus longtemps dans ce milieu hostile qui dirige les autres. L'espérance de vie étant très faibles, les femmes sont très préservées et extrêmement respectées. La plupart du temps, ce sont des femmes qui dirigent le village, organisant les autres membres et leur assignant au de voir de la chasse, à s'occuper des enfants ou à aller pêche. La plupart des visiteurs trouvent d'abord la fête des morts très étrange, voir horrible mais ceux qui restent suffisamment comprennent que c'est leur meilleur moyen d'oublier les difficultés de leur vie et de regarder vers l'avenir. Les gens originaires de cette région sont souvent chaleureux et très agréables à vivre.


Mutsubuchi

Mutsubuchi est une ville très à part du reste du Shogunat. Les raisons sont simples, l'île de Shinjou a fait sécession dans les années 950. La raison de cette sécession provient du trop peu d'aide qu'aurait apporté le Shogun de l'époque face au développement de la fausse mort. Cette accusation s'est révélée vraie lorsque le pays s'est rendu compte que le Shogun était incapable de récupérer l'île perdue, débordé par le fléau qui s'abattait sur les îles de Kutogawa à l'époque. Cette sécession a eu pour conséquence la modifications de certaines lois concernant principalement les peines liées au vol, au meurtre et au viol. En effet, l'endroit est devenu extrêmement radical. Chaque délit est presque toujours puni par la peine de mort, sans aucune forme de pitié. Après le fléau de la fausse mort, des négociations ont eu lieu pour tenter de récupérer l'île perdue. Sous la pression irrésistible du Shogun, un accord a été trouvé. Pour le Shogun, il est de toute façon impossible de se relancer dans un conflit armé, d'autant plus contre son propre pays. L'accord était donc le suivant, l'île serait toujours gouvernée par le Shogun mais celui-ci laisserait les lois déjà en place dans la ville. La ville dans cette ville est plutôt triste, peu active et peu attractive. Il n'y a pas de vrais de points d'intérêt sur l'île de Shinjou et celle-ci est menacée d'être abandonnée et retourner à l'état sauvage. Bien sûr, il restera toujours des gens fiers de leurs terres et qui ne voudront pas quitter les lieux mais la pauvreté de l'endroit les contraindra sûrement à partir un jour.


Kamisuhoro

Cité importante au sein de Kutogawa, on la surnomme la "Petite Capitale". Il s'agit du port secondaire du pays qui se tourne vers Eraltis, spécialisé dans l'accueil de visiteurs venu de l'autre côté de l'océan. C'est la seule ville avec la capitale où on peut apprendre les langues d'Eraltis dans d'immenses écoles situées au sud de la ville. C'est aussi la ville de la fête où les différences culturelles s'oublient après quelques verres de katto, alcool typiquement Kutoga que les étrangers apprennent vite à connaître. La criminalité est assez importante en ville mais le maître Zen local s'occupe des vauriens d'une main de fer. Parallèlement, le nord de la ville est renforcé et prêt à combattre les menaces venant du Mont Hikoie. C'est dans cette ville que guilde des Paladins et guilde des aventuriers travaillent en concert pour créer les meilleurs équipes sur mesure face à la menace. La population a aussi remarqué que c'est à force de risquer sa vie avec un autre que le racisme s'estompe pour laisser placer à un respect mutuel. Les actions racistes sont très sévèrement punies sur place, mais n'arrivent qu'à de rares occasions, la population étant majoritaire accueillante. Les habitants font tout de même attention à ne pas trop exagérer pour garder de bonnes relations avec Eraltis. Le Shogun de l'époque de la découverte du nouveau monde l'a bien dit: "Chaque Kutoga doit peser ses mots et ses actions. Quand vous parlez, c'est au nom du pays."


Environnement

Forêt de Sano

La forêt de Sano est la région la moins atteinte par les cataclysme magiques des îles Kutokawa. La faune est presque intacte, sans doute de part la distance qui sépare la forêt de la ville la plus proche. La faune y est plutôt simple, mais très abondante. La flore quant-à elle fait de ce lieu une richesse grandiose pour les alchimistes et les médecins. On y trouve une flore inédite composée de plantes médicinales très efficaces autant que certains poisons rares. On dit que tous les étés, une "Rêveuse" pousse dans cette île. Cette fleur de couleur rose pâle ressemble à une sorte de tulipe avec une très longue tige sans feuilles. On dit que seuls ceux qui le mérite trouvent cette plante de légende. Selon des rumeurs des chercheurs, la Rêveuse permet de soigner de tous les maux du monde et qu'il s'agit d'un cadeau de Luée en personne, qui viendrait sur l'île tous les étés pour poser un pied au sol avant de disparaître, faisant éclore la fleur. Les nombreuses ressources végétales, très prisés par les alchimistes, ont créé une route maritime entre l'île de Sano et le port de Kimogata. Les bateaux reviennent pleins de senteurs exotiques qui semblent venir d'un autre monde. Chaque voyage est très lucratif pour les marchands qui exploite l'île mais les réserves de celle-ci commence à s'appauvrir. Le shogunat se prépare à mettre en place un contrôle sur ce commerce qui existe depuis plusieurs décennies.

Forêt d'Oku

La forêt d'Oku est la seule forte forêt qui abrite des habitants toute l'année. Son climat est tempéré avec ses quatre saisons et la faune est exclusivement herbivore. L'endroit est particulièrement paisible. La majorité des habitants qui y vivent ont décidé de pas utiliser de magie pour la progression de leur village, lui donnant une unique et mélodieuse allure du passé. Le village se situe sur le sois-disant corps d'un géant immense. La créature était faite de roche, de terre et de végétation. Une magie arcanique lui aurait donné vie et elle se mettait à traquer et tuer tous les aventuriers mal informés arrivant sur l'île. Heureusement, la créature aurait été tué en fin du douzième siècle par un groupe d'aventuriers soit-disant supporté par une guilde importante. C'est à sa mort que l'idée de vivre sans magie s'est répandue, dénonçant les dangers qu'elle pouvait entraîner et l'idée de s'établir sur le monstre devait servir aux habitants comme un rappel de la "folie" de la magie. Même si cette idée anti-magie prône sur l'île, le respect des traditions Kutogas demeure. On appelle les habitants de l'île les Okuga, terme qui s'est par la suite étendu à la population qui dénigre la magie. Cette idéologie reste très fortement minoritaire mais le Shogunat indique qu'il respecte cette idée et qu'il leur laisseront vivre à l'écart, tant qu'ils respectent leur propre idéologie ainsi que les principes fondamentaux de Kutogawa.

Forêt de Yamata

La forêt de Yamata recouvre toute l'île de Yamana et est considérée comme la plus grande forêt de toutes les îles du Kutogawa. Le climat sur l'île est assez doux et moins tropical que sur sa sœur proche Komoe. On y retrouve un cycle saisonnier particulier puisqu'on y passe d'été à hiver sans intermédiaire. En quelques jours, la température chute de plusieurs dizaines de degrés, passant de la chaleur écrasante de l'été à la morsure du froid d'hiver. La faune et la flore se sont donc adaptées à ces changements brutaux et semble détecter l'arrivée du changement de saison plusieurs jours auparavant. On appelle l'intervalle entre le changement de saison et la détection de celle-ci par la flore la "Danse des Racines". Pendant cette période de quelques jours, les racines s'enfoncent sous terre quand l'hiver vient ou sortent de terre quand l'été vient. La flore semble profiter de l'été pour grandir et plonge sous terre en hiver. Les arbres subsistent grâce à une immense énergie magique se trouvant sous l'île. Cette source d'énergie provoque aussi un certain gigantisme de toutes les entités présentes sur l'île, notamment pour le "Vénérable", un gigantesque arbre qui trône au centre de l'île. Il mesure plus de cinq cent mètres de haut pour une cinquantaine de mètres de diamètre. On raconte que l'île ne suffirait pas à accueillir ses immenses racines et que celles-ci se développent sous l'océan. On trouve sur cette île un Maître Zen qui vit en haut du Vénérable. Il se nourrit des fruits de l'arbre et mène une vie calme, loin du reste du monde. Il s'agit de l'"Ermite". On fait appel à lui quand le gouvernement ne parvient à trouver un consensus. On dit qu'il s'agit de l'être le plus sage qui existe après Hylenor. L'île est considérée comme lieu sacré et personne n'a le droit d'y pénétrer mis à part l'Ermite lui-même. Quand l'Ermite meurt, le Shogunat peut en être informé car la flamme qu'il entretient en haut de l'arbre vient à s'éteindre. On part alors à la recherche d'un nouvel Ermite, qui subira alors le rituel de l'ascension. Les Maîtres Zen viennent jusqu'au pied du vénérable et remettent au nouvel Ermite la "Pierre du savoir", qui émet une petite flamme tant que la personne avec qui elle est liée est en vie. Il s'agit d'une rune puissante qui dure toute la vie restante de la personne qui est liée.

Forêt de Naitou

Au bord des côtes sud de l'île de Nakajima, la forêt de Naitou n'est pas un endroit où des apprentis chasseur peuvent se rendre. La flore de la forêt est principalement constituée de grands arbres aux branchages très dense. L'obscurité provoquée par leur densité rend l'atmosphère sinistre et froide. De plus, on trouve dans cette forêt de gigantesques plantes carnivore enfoncées dans le sol. Seule leur bouche allant jusqu'à trois mètres de diamètre est à la surface, camouflée dans des feuillages. Une fois avoir marché par malheur dans ces véritables pièges naturels, un humain n'a que peu de chances de s'en sortir, rapidement tué par un mélange d'acide et de poison puissant qui servira à le digérer. En ce qui concerne la faune, le plus grand danger reste les "Nakai". Ces êtres arachnoides peuvent faire jusqu'à deux mètres de large pour un mètre de haut. Ils sont dotés d'une conscience commune qui surprendra tout voyageur mal préparé. Les créatures désorientent leurs victimes et attaquent ensuite en meute, prenant soin de planter leur mâchoire dans une veine de leur victime avant d'injecter un puissant paralysant. Les proies sont ensuite mangées vivantes dans un gigantesque réseau souterrain, très semblable à l'organisation des fourmilières. Enfin, il n'y a pas de réelle richesses dans la forêt, si ce n'est la nourriture venant des animaux qu'on peut trouver. Les Nakai sont tout de même étudiés afin de déterminer si leur chair, leur carapace ou leur venin pourrait être d'une quelconque utilité pour le Shogunat.


Jungle Kuchiri

Située au sud de Marashima, la jungle de Kuchiri suit un cycle saisonnier tropical classique. On trouve dans cette jungle des créatures appelées les Dajin, des créatures ressemblant à des gros reptiles à deux pattes herbivores. Ils n'attaquent que pour protéger leur territoire. Il a été plus facile d'en apprivoiser certains en volant des œufs à une femelle. Le plus simple pour en voler un est d'attendre la nuit. Les Dajins sont très puissants physiquement mais ce sont des animaux à sang froid. La nuit, une fois qu'ils ont dépensé toute l'énergie qu'ils ont reçu du soleil, ils deviennent presque complètement paralysés, ne pouvant plus bouger un muscle. Ils supportent d'ailleurs très mal le froid, préférant un climat tempéré plutôt qu'un hiver. Ils sont utilisés à travers tout le pays comme bête de somme, habilement transportés par bateau. En plus d'être très utiles, ce sont des animaux attachants et loyaux quand ils sont bien traités. Les baies de Kitoru sont aussi une spécialité de l'endroit. Leur goût est si fameux à travers Kutogawa que c'en est devenu la spécialité des environs. Très nourrissant pour un fruit et accompagné d'un léger goût sucré, il s'agit selon certains d'un des meilleurs mets du monde. Il est tellement recherché que des plantations entières se sont consacrées à la production de ce petit trésor ovale de couleur bleue de la taille d'une paume.


Jungle de Hatano

La jungle d'Hatano est la région d'approvisionnement principale de Kimogata. Le climat est tropical avec un saison sèche et une saison des pluies qui durent la moitié de l'année respectivement. On y trouve des fruits exotiques savoureux en quantité et une faune chassée régulièrement. Des meutes de loups géants y vivent avec la particularité d'être très agressifs envers l'homme. Seul un bataillon de chasseurs ou d'aventuriers bien préparés peuvent tenter de pénétrer dans une de leur tanière pour en éliminer la menace. Le pelage de ces bêtes est très apprécié et se vend à un très bon prix dans le reste du monde. Il arrive que des chasseurs recueillent un jeune loup géant et en font leur animal de compagnie. S'ils sont bien apprivoisés, ils sont d'une loyauté sans faille. Même si on l'envoie attaquer ses semblables, il n'aurait aucun problème à les tuer. Les meutes de loups géants peuvent parfois s'entre-tuer pour "garder" ou "conquérir" un territoire. Même s'ils ne sont que des animaux, ils sont dotés d'une intelligence particulière qui aura surpris plus d'un chasseur un peu trop sûr de lui. Heureusement, les meutes n'aiment pas vraiment le passage des hommes et préfèrent vivre le plus à l'ouest de l'île, pour s'éloigner de la ville. Cela limite les risques d'attaques pour les simples cueilleurs. Durant la saison des pluies, les loups géants deviennent moins agressifs et ne chassent qu'à proximité de leur tanière.

Jungle d'Ando

La jungle d'Ando est la région la moins atteinte par les cataclysmes magiques de l'île de Komoe. Elle est assez éloignée du cataclysme d'Isanaru pour ne sentir des secousses qu'occasionnellement. Cette jungle est réputée pour être hantée par Ergaloroth en personne. On raconte que tous ceux qui y entre n'en ressortent jamais. Cette croyance populaire provient principalement des pêcheurs de Yamana qui, curieux, viennent s'approcher des côtes est de Kamae. Ils rapportent avoir vu des lianes bouger étrangement et des créatures étranges s'y déplacer, ressemblant à des grands hommes. Il y a de cela plus de mille cinq-cent ans, une enquête avait été menée par Takiwa Arima, un Maître Zen de Yamata de l'époque, avec pour but de discerner la réalité des fantaisies et du mensonge. Ils débarquèrent sur une plage et se mirent à progresser dans la jungle. Seulement quelques survivants réussirent à en ressortir, dont Takiwa Arima qui fit son rapport au reste du Shogunat. Il expliqua que des créatures presque végétales et très agressives étaient présentes dans la jungle. Ils ressembleraient à des arbres avec une sortes de visage parfaitement lisse et qui useraient de sorte de lianes pour attraper et dévorer leurs cibles. De plus, ils seraient en train de s'étendre dans toute la jungle et peut être même bientôt sur les collines de Marikawa. L'idée de perdre une île pour le Shogunat étant inimaginable, une décision radicale a été prise. Pour éviter des pertes inutiles alors que l'on redoutait une attaque du Xia, ils décidèrent de brûler la partie de la jungle infestée à la saison sèche. Les Kutogas avaient peur que la jungle trop humide, ne puisse brûler. Il attendirent la saison chaude pour propager des feux à certains endroits stratégiques. La sécheresse de la saison et le feu dévorant des flammes eu raison d'un bon tiers de la jungle, éliminant largement la menace des créatures qui furent nommées "Andohoni". Néanmoins, même si leur nombre a été contrôlé à cette époque, une expédition composés d'aventuriers volontaires s'organise régulièrement pour continuer un "contrôle" de leur prolifération. Le bois dont ils sont composés peut réutilisé comme bâtons de mages, sceptres ou baguettes. Il est même capable de porter des runes naines, qui fonctionnent dessus avec une grande efficacité. On appelle ce bois l'Andogo.


Collines Marikawa

Les collines Marikawa sont des terres désertes. On n'y trouve presque aucun animal, mis à part quelques oiseaux qui virevoltent au-dessus des voyageurs. La cause de ce "vide" animal provient des tremblements de terre provoqués par Isanaru. Il y a plus de mille ans, cette terre avait été utilisée comme territoire d'exil pour les individus les plus touchés par la corruption ou ne respectant pas les préceptes d'Hylenor. En deux-cent, cette pratique traditionnelle a été stoppée à cause de pertes de navires liés aux courants imprévisibles autour de l'île. Les exilés mourraient souvent assez rapidement, n'ayant le plus fréquemment aucune connaissance de survie, s'ajoutant à cela la pauvreté de l'endroit. Le climat sur les collines est insupportable puisqu'un vent très fort et froid y souffle en continu. Il vient peu à peu miner le mental des survivants des collines, qui finissent par mourir de froid ou de folie. Il n'y a que peu d'arbres dans cette région, ce qui rend difficile de se réchauffer, en plus du fait que la flamme serait directement éteinte par le vent. Toutes ces raisons font de ces collines un endroit très inhospitalier pour quiconque souhaiterait y élire domicile. Néanmoins, un village d'exilés est parvenu à s'en sortir pendant plusieurs années et avait même commencé à labourer des terres. Bien sûr, le Shogunat ne pouvait pas laisser les choses se faire et sont venus tout détruire. C'est suite à cet incident qu'il a été décidé d'arrêter d'exiler les hérétiques. Il était plus sage d'éviter de répandre la présence des hérétiques, surtout si Ergaloroth déciderait de leur venir en aide et d'installer sa corruption dans ces terres.


Montagnes Hineno

Les montagnes Hineno sont des régions riches en minerais comme le charbon, le fer, le cuivre ou encore l'or. Ces montagnes sont simultanément exploitées par les îles Yoshibestu et Marashima. Elles sont surtout vitales pour Marashima qui base son économie uniquement sur celles-ci. On y envoie régulièrement des prisonniers qui, au lieu de mourir ou de moisir en prison, préfèrent "acheter" des années en travaillant directement pour le Shogun. Les conditions de vie des mineurs sont très difficiles car le travail est épuisant et incessant tant les ressources de cette chaîne de montagnes sont vitaux et que la demande ne cesse de croître. On ne mange que peu, mal et on se tue à la tâche. Néanmoins les mineurs ont accès à une hygiène exemplaire, montrant au reste du monde que le Shogun est charitable et qu'il respecte même ses ennemis. Ces conditions permettent aussi de limiter la criminalité dans la capitale, les criminels automatiquement envoyés en mines, tant le besoin de ces minerais si précieux est important. Par ailleurs, cette pratique commence à être dénoncée comme étant inhumaine et ne servir qu'à l'économie du pays. Les Maîtres Zen sont très partagés sur ce sujet, qui est le sujet sensible actuel de la Capitale, alors que les grandes compagnies d'artisanat et de minage demandent toujours plus de moyens. Il sera peut être bientôt envisagé d'appeler l'Ermite pour trancher une bonne fois pour toute ce sujet explosif.


Montagnes jumelles de Tairi

Kutogawa Monts Tairi.jpg

Les montagnes jumelles de Tairi ne sont pas les plus hautes mais forment le plus important massif montagneux du Kutogawa. Les deux pics situés au centre de cette chaîne appartiennent au Mont Taira, le plus au sud et le Mont Tairo, plus au nord. Ces deux pics sont légèrement inclinés et semblent se regarder. La légende raconte que deux dragons géants auraient élu domicile dans ces montagnes, chacun sur un pic. Ces deux gigantesques créatures se seraient affrontés pour savoir lequel des deux pourrait régner sur le massif Tairi. Les dragons se seraient entretués, ne laissant qu'un paysage apocalyptique rongé par les flammes. Aujourd'hui, les montagnes sont paisibles et peu dangereuses. Le voyage à travers ces montagnes en été est très pratiqué et un véritable chemin de randonnée c'est installé petit à petit. Sur chacun des pics, on retrouve une statue. Sur le pic Taira, il s'agit d'une représentation d'une sorte de femme, construite en marbre, provenant sûrement du Mont Kuki. Sur le pic Tairo, il s'agit d'une représentation d'un homme svelte, construit dans une roche noire. On pense que cette roche vient directement du Volcan Kunihisa, tout au nord des îles. L'histoire ne se souvient plus de la raison de la construction de ces statues de sept mètres, mais une famille vie dans les montagnes et s'occupe de l'entretien des sculptures depuis des générations et des générations. Depuis des temps oubliés, les voyageurs du massif viennent admirer ces deux statues qui tendent la main vers l'autre, élaborant à chaque fois leurs propres théories.

Mont Tamehiro

Le Mont Tamehiro, situé sur l'île de Makajima au nord de Maramastumai se compose du point culminant des douze îles Kutogawa. Son ascension représente dans la culture du pays l'accès à la sagesse. Chaque mois, des dizaines de jeunes Kutogas tentent son ascension, bien que très dangereuse. Les températures plutôt douces au pied de la montagne se transforment peu à peu en un froid mordant accompagné d'un vent glacial. Il faut aussi ajouter que l'altitude rends l'air moins respirable, ce qui entrave grandement la progression. On dit que ceux qui reviennent de ce périple sont changés à jamais et recoivent une bénédiction d'Hylenor. La montagne se démarque des autres par la beauté de ses lacs en altitude, ses chutes d'eaux si gracieuses faisant ronronner la montagne à travers un bruit constant d'eau tombante. On ne trouve pas de réels dangers mis à part ceux du voyage d'une telle ampleur. La faune est présente un peu partout et ne se contente que de petits animaux inoffensifs pour les grimpeurs. On peut apercevoir en haut de la montagne de la neige éternelle, la seule qui reste toute l'année dans tout Kutogawa, les autres montagnes étant plus petites. Une rumeur court, annonçant que si la neige de la montagne venait à fondre complètement, ce serait l'horrible présage d'une catastrophe imminente.


Mont Ganu

Le mont Ganu, aussi surnommé "Mont Solitaire" est l'unique point d'intérêt de l'île de Suganu. L'île est située en face de Narashina, principal port faisant la liaison entre l'île de Suganu et le reste du monde. Sur le flanc de la montagne, on trouve un gigantesque filon de pierres précieuses de toute sortes, rendant le lieu très coloré. Les géologues peinent à expliquer un phénomène aussi étrange, surtout que les pierres sont à peines en terre, presque récupérables à la main. Cette découverte pourrait sembler être un véritable miracle d'Hylenor mais la réalité est toute autre. Cet endroit est réputé maudit et créé par le Perfide qui corrompt tout être venant à s'emparer de ces richesses. Selon les rumeurs locales, quiconque ose s'emparer ne serait-ce que de quelques grammes d'émeraude ou de saphir s'abandonne à une vie de souffrance et de folie. Divers mages attirés par les richesses des lieux ont tenté de comprendre cette magie malfaisante et de la lever mais la plupart périrent dans des circonstances étranges. D'autres devenaient agressifs, pensant que les gens autour d'eux allaient lui voler leur précieuse pierre. Au final des années, une sorte de petite tribu constituée de tous ces gens devenus obsédés par les pierres c'est formée. Cette tribu est appelé "Gorumu" et ne contient que des êtres extrêmement agressifs et territoriaux. L'église d'Hylenor a officiellement considéré les Gorumu comme des êtres pervertis par Ergaloroth.


Mont Musinjou

De composition principalement granitique, le Mont Musinjou est classique en son genre. Étant donné sa condition géologique, l'extraction de minerais est très compliqué. Le granite rose donne un aspect attrayant à la montagne mais sa résistance rend son exploitation compliquée. Un phénomène étrange se produit de façon très aléatoire. Des pierres se mettent à rouler en direction vers le l'ouest, c'est à dire vers la mer. Certaines pierres tombent dans l'eau, d'autres, plus angulaires, restent bloquées sur place. Pendant longtemps dans l'histoire ce phénomène était resté incompris mais depuis la découverte d'Eraltis, il semble que ces roches soient attirées vers le nouveau continent. La théorie la plus consensuelle explique ce phénomène par la magie. Plus tard, des géologues ont découverts que ces roches se mettaient en mouvement à l'approche de la magie de corruption. Néanmoins, le fait que les pierres soient attirées vers l’autre continent de façon naturelle reste un mystère. Des artisans ont rapidement su créer des boussoles qui pointent naturellement vers Eraltis mais qui se tournent vers la magie d'Ergaloroth quand celle-ci est proche. Un certain intérêt s'est développé autour de la montagne mais il fallait tellement peu de cette roche pour créer des instruments que celui-ci est vite retombé.

Mont Hikoie

Le mont Hikoie se dresse entre Kamisuhoro et le Grand Volcan Kunihisa. Il forme un rempart naturel pour aller jusqu'au volcan, lui-même très dangereux. Il s'agit de l'une des ouvertures qui mènent vers le terrible Royaume Souterrain. Régulièrement, la montagne crache des groupes d'Orcs, de Rashkens et autres monstres qui viennent attaquer les zones civilisées environnantes, notamment la cité de Kamisuhoro. C'est sûrement l'endroit le plus corrompu du Shogunat, l'infection Rashkens se répandant et détruisant aussi bien nature que constructions. Des groupes d'aventuriers, chacun spécialisés dans la traque de l'une des espèces engendrées par le malin viennent s'organiser pour lancer des raids et limiter le développement de la corruption. C'est simple, dès leur sortie de la grotte, les créatures sont repérées magiquement et comptés. Par la suite, suivant le danger annoncé, une équipe se met en place et part en chasse. Malgré tout, ce n'est jamais sans risques que de traquer les créatures les plus cruelles de notre monde. Il y a des morts régulièrement, principalement dans les nouveaux rangs qui ne savent pas encore à quoi s'attendre malgré leur entraînement. L'objectif du Shogun avec ces raids est de limiter Ergaloroth dans son installation à la surface.

Mont Kuki

Le mont Kuki est de hauteur moyenne par rapport aux autres. Ce qui fait sa richesse, c'est la composition de sa roche. En effet, elle est faite de marbre que les plus riches sculpteurs et architectes s'arrachent. Le marbre, en plus d'être présent en très grande quantité est très pur. Il n'est composé que de marbre et on ne retrouve presque aucuns cristaux d'autres roches comme du plagioclase ou du micas qu'on retrouve en quantité dans le granite. Une mine a été installée par une compagnie minière de la capitale il y a plusieurs centaines d'années pour extraire efficacement cette roche si désirable. Représentant la pureté, elle constitue beaucoup de bâtiments voués au culte d'Hylenor, rendant le bâtiment encore plus sacré que s'il avait été fait en bois ou dans une roche commune. Des échanges entre la capitale et l'île de Kitajo ont aussi eu un second avantage, elles ont permis à une autre époque de facilement ravitailler des samouraïs qui défendrait l'île d'attaques de Xia. Quand l'Empire de Xia a décidé d'attaquer Kutogawa, la première île la plus proche et donc ciblée était Kitajo. C'était le seul rempart avant la capitale, qui devait être impérativement défendue. Grâce au lien commercial entre la capitale et Kitajo, l'envoi de nouveaux soldats et le rapatriement des blessés de tardait pas. En ajoutant à ça la qualité de la flotte du Shogunat, l'île n'a jamais été prise. Les samouraïs surentraînés à la voie du sabre formait un mur, dirigés par les meilleurs stratèges des douze îles, les Maîtres Zen.

Volcan Kunihisa

Unique volcan des douze îles de Kutogawa, le Kunihisa se situe à l'extrême nord-est du pays. Gigantesque et très actif, il crache sa lave et ses cendres très régulièrement. Sa superficie représente environ un tier de l'île de Hatano. D'après les différentes expéditions dépêchées sur les lieux, une centaine de dragons auraient élu domicile dans ces terres. Se complaisant dans l'atmosphère sombre de l'endroit, ils se disputent régulièrement le territoire à coups de mâchoire et de griffes. La région est recouverte de plusieurs couches de basalte, directement rejeté par le volcan au fil des siècles. Une partie de la coulée de la lave s'étend sur la mer, ayant au fil du temps créé un support en roche magmatique transparente. Le choc de température est si fort que la lave n'a pas le temps de former de cristaux, rendant la roche presque aussi transparente que du verre. S'ajoutant aux dragons, des milliers de Kobolds vivent dans cette région et en ont fait leur domaine. Le constat est simple, les Kobolds ont l'avantage du nombre, de la position et des dragons. L'endroit devient ainsi l'un des plus mortel du Kutogawa. On dit que c'est dans ce volcan qu'un jour, un héro viendra forger une arme dans un matériau si efficace que même le ciel grondera quand l'arme sera dégainée.


Cataclysme d'Isanaru

Le cataclysme d'Isanaru est apparu autours de moins deux-cent avant les héros et perdure encore jusqu'à nos jours. Il s'agit d'une anomalie gravitationnelle localisée qui détruit continuellement le même lambeau de terre. La gravité là bas devient gigantesque puis aussitôt minuscule, le point d'attraction de déplace et revient, tout ça de manière erratique. On y voit des montagnes monter dans le ciel puis s'écraser aussitôt. S'approcher de cet endroit est infiniment dangereux, à cause des violents tremblements de terre et des projections de pierre provoqués par ces destructions incessantes. Pendant la reconstruction, dans les années 560, une équipe de curieux décida de se rendre sur les lieux. Ils furent arrêtés par des samouraïs au service au service du Shogun. Le gouvernement a officiellement déclaré que l'île de Komoe était trop dangereuse pour y accéder. Des rumeurs se sont mises à circuler, affirmant que le Shogun y cachait quelque chose. Les tremblements de terre provoquent parfois la création de courants marins puissants et même de raz-de-marée qui rendent la navigation difficile; même si la plupart du temps l'attrait terrestre empêche les plus grandes vagues de s'élever. Certains disent que c'est l'élémentaire primordial de Terre "Zeme" qui serait parvenu à atteindre quelques instants le plan matériel et qui aurait lancé un sort qui aurait perduré depuis tout ce temps. Bien sûr, beaucoup trouvent cette théorie absurde, surtout qu'il existe beaucoup d'autres anomalies magiques dans le monde.


Cataclysme Shinjou

Le Cataclysme de Shinjou est sans doute le plus puissant cataclysme arcanique du monde connu. Il s'est produit dans l'année six-cent-cinquante et heureusement la région n'était pas vraiment habitée. La magie arcanique s'est soudainement mise à converger vers le sud ouest de l'île de Yoshibestu. Pendant plusieurs mois, les animaux et tout être vivant pourrait à petit feu, rongé par un mal inconnu. Les habitants qui d'abord tentaient d'approcher la source se sont ensuite enfuis en voyant les dégâts sur la faune et la flore. Les habitants de la capitale étaient dans la peur constante que ce fléau parvienne jusqu'à leur ville. Et puis un jour, l'afflux magique s'est décuplée pendant quelques instants avant de provoquer une gigantesque explosion, rasant plusieurs mètres de terre sur plusieurs lieux. Il faudra bien plusieurs mois avant que les habitants de Yoshibestu aient le courage de se rendre compte que le cataclysme était terminé. En arrivant à l'épicentre de plusieurs semaines de peur, ils découvrirent un immense cristal magique planté dans le sol. L'explosion arcanique avait été tellement puissante que les géologues aujourd'hui pensent qu'un jour, l'île de Yoshibestu se divisera. Aujourd'hui le cristal géant continue de déverser l'infinie énergie arcanique qu'il contient dans ses alentours, créant parfois d'autres légers cataclysmes arcaniques autour de lui. Bien entendu, la présence aussi concentrée d'arcane n'a de cesse de former des aberrations; si bien que de nombreux guerriers sont envoyés protéger la frontière entre le cataclysme et la capitale.