Sultanat de Maaravie : Différence entre versions

De Hylenor Wiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
(La capitale, Memsehmat)
(Une révision intermédiaire par le même utilisateur non affichée)
Ligne 7 : Ligne 7 :
 
===Villes===
 
===Villes===
 
====La capitale, Memsehmat====
 
====La capitale, Memsehmat====
 +
 +
Memsehmat est connue comme la plus ancienne ville de la Maaravie, bâtie vers 770 avant les Héros, elle aurait maintenant plus de deux-mille ans. Memsehmat a toujours été le siège politique de toute la Maaravie et la ville la plus influente du royaume. La population dense de Memsehmat a malheureusement été sa perte lorsqu'en 954, le [[Fléau de la Fausse Mort]] atteignit la ville et ses habitants. Submergés par les morts et sans la puissance militaire nécessaire à repousser l'invasion, la ville fut abandonnée. Les nombreux villages autours de l'Atour voulaient eux aussi se réfugier dans la capitale, mais ne trouvèrent qu'une cité infestée par les morts-vivants. Il fallut plusieurs mois de combats pour reprendre la ville. Quand enfin les morts étaient vaincus, la majorité de la population avait déjà périt. Cet évènement fut un coup dur que la ville mit longtemps à soigner. Pendant ce temps, des villes comme Kalir Abdahli, Jablerrah et d’ Abu tiqiya purent se développer plus abondamment pour remplacer la capitale dans ses échanges. Aujourd'hui, la Capitale a reprit de ses forces d’antan et a retrouvé sa place en tant que centre culturel du peuple Maarave et principal lieu des fêtes rituelles.<br>
 +
L’une des fêtes populaire en Maaravie est organisée chaque année en l’honneur d’Hylenor pour son aide contre les forces des Orcs. Chaque jour pendant une semaine les habitants se réunissent au lever du soleil au bord de l’Atour et prient le Dieu sauveur. S’en suit un repas rituel, léger, proche de l’ascétisme, en mémoire du sacrifice qu’Hylenor a fait en retournant en Aolis.
 +
Memsehmat possède aussi les plus somptueux bâtiments de Maaravie, vestiges de la puissance passée des sultans. Les plus mystiques d’entre eux, ainsi que les plus anciens sont les temples de Limkat. Ceux-ci s’organisent en quatre cercles concentriques couverts d’un toit en pierre calcaire, un cercle pour chaque primordial, avec au centre une sculpture représentant Hylenor. Le Culte d'Hylenor possède la place centrale à Memsehmat, et le sultan en est le garant. Toute décision prise dans la ville doit avoir l’approbation du sultan qui est conseillé par les adorateurs d’Hylenor.<br>
 +
Bien que le peuple n’est pas de moyens de participer aux décisions, il en demeure relativement libre, les lois étant assez souples dans la capitale. La ville est riche du commerce avec les autres royaumes et chaque jour ce sont des dizaines de navires qui mettent les voiles ou jettent l’ancre à Memsehmat. De fait, les habitants bénéficient indirectement de cette richesse au travers d'impôts incroyablement faibles et d’une abondance de ressources faisant plier les étales du grand marché.
 +
Le grand marché est l’endroit du tout-possible en termes de commerce. Des marchands y ont fait fortune, d’autres juste perdu leurs bourses. Aucun prix n’y est fixe, et est d’autant plus incertain que le commerçant est bon en affaires. Il est conté que tout ce que l’on souhaite s’y trouve, des œufs de dragons, des cristaux rouges, des cheveux d’Hylenor, tout! Mais il faut connaître le chemin à emprunter au milieu des étales pour trouver ces merveilles…<br>
 +
Dans ces commerces on retrouve aussi de nombreux esclaves. Il s'agit de personnes pauvres qui se vendent elles-même en échange d'un toit et de nourriture. Ces esclaves ne sont pas libres, mais possèdent le confort d'un foyer et de nourriture pour vivre. Ils travaillent pour leur maitre, celui qui les a achetés. Une loi de Memsehmat indique que tout les vingt ans, les maitres doivent libérer leurs esclaves. A ce moment, les esclaves peuvent soit retrouver leur liberté, soit décider de rester chez leur maitre. Ils reçoivent alors un poinçon à l'oreille droite, signe qu'ils seront au service de leur maitre jusqu'à leur mort. Les maitres sont responsables de la santé de leurs esclaves. Le meurtre, le viol ou les violences contre les esclaves sont interdits et punis aussi sévèrement que la cible soit un esclave ou non.<br>
 +
Surplombant le grand marché se trouve le palais du sultan, radieux même de nuit grâce à de puissants enchantements. L'intérieur de ce palais est une explosion de couleurs, bleu pour le sol, rouge et dorée pour le plafond et vert pour les piliers. Malheureusement pour les étrangers, ce palais est entièrement réservé au sultan, ses conseillers et ses proches. Être admit dans le palais est probablement une des plus grandes récompenses qu’un sujet puisse se voir offrir par le sultan. Même pour les rencontres diplomatiques, le sultan se déplace en personne aux temples Limkat pour y rencontrer les diplomates étrangers devant la statue d’Hylenor.
  
 
====Abu Tiqiya====
 
====Abu Tiqiya====

Version du 25 mars 2020 à 16:49

Résumé

Géographie

Carte Maaravie.jpg

Villes

La capitale, Memsehmat

Memsehmat est connue comme la plus ancienne ville de la Maaravie, bâtie vers 770 avant les Héros, elle aurait maintenant plus de deux-mille ans. Memsehmat a toujours été le siège politique de toute la Maaravie et la ville la plus influente du royaume. La population dense de Memsehmat a malheureusement été sa perte lorsqu'en 954, le Fléau de la Fausse Mort atteignit la ville et ses habitants. Submergés par les morts et sans la puissance militaire nécessaire à repousser l'invasion, la ville fut abandonnée. Les nombreux villages autours de l'Atour voulaient eux aussi se réfugier dans la capitale, mais ne trouvèrent qu'une cité infestée par les morts-vivants. Il fallut plusieurs mois de combats pour reprendre la ville. Quand enfin les morts étaient vaincus, la majorité de la population avait déjà périt. Cet évènement fut un coup dur que la ville mit longtemps à soigner. Pendant ce temps, des villes comme Kalir Abdahli, Jablerrah et d’ Abu tiqiya purent se développer plus abondamment pour remplacer la capitale dans ses échanges. Aujourd'hui, la Capitale a reprit de ses forces d’antan et a retrouvé sa place en tant que centre culturel du peuple Maarave et principal lieu des fêtes rituelles.
L’une des fêtes populaire en Maaravie est organisée chaque année en l’honneur d’Hylenor pour son aide contre les forces des Orcs. Chaque jour pendant une semaine les habitants se réunissent au lever du soleil au bord de l’Atour et prient le Dieu sauveur. S’en suit un repas rituel, léger, proche de l’ascétisme, en mémoire du sacrifice qu’Hylenor a fait en retournant en Aolis. Memsehmat possède aussi les plus somptueux bâtiments de Maaravie, vestiges de la puissance passée des sultans. Les plus mystiques d’entre eux, ainsi que les plus anciens sont les temples de Limkat. Ceux-ci s’organisent en quatre cercles concentriques couverts d’un toit en pierre calcaire, un cercle pour chaque primordial, avec au centre une sculpture représentant Hylenor. Le Culte d'Hylenor possède la place centrale à Memsehmat, et le sultan en est le garant. Toute décision prise dans la ville doit avoir l’approbation du sultan qui est conseillé par les adorateurs d’Hylenor.
Bien que le peuple n’est pas de moyens de participer aux décisions, il en demeure relativement libre, les lois étant assez souples dans la capitale. La ville est riche du commerce avec les autres royaumes et chaque jour ce sont des dizaines de navires qui mettent les voiles ou jettent l’ancre à Memsehmat. De fait, les habitants bénéficient indirectement de cette richesse au travers d'impôts incroyablement faibles et d’une abondance de ressources faisant plier les étales du grand marché. Le grand marché est l’endroit du tout-possible en termes de commerce. Des marchands y ont fait fortune, d’autres juste perdu leurs bourses. Aucun prix n’y est fixe, et est d’autant plus incertain que le commerçant est bon en affaires. Il est conté que tout ce que l’on souhaite s’y trouve, des œufs de dragons, des cristaux rouges, des cheveux d’Hylenor, tout! Mais il faut connaître le chemin à emprunter au milieu des étales pour trouver ces merveilles…
Dans ces commerces on retrouve aussi de nombreux esclaves. Il s'agit de personnes pauvres qui se vendent elles-même en échange d'un toit et de nourriture. Ces esclaves ne sont pas libres, mais possèdent le confort d'un foyer et de nourriture pour vivre. Ils travaillent pour leur maitre, celui qui les a achetés. Une loi de Memsehmat indique que tout les vingt ans, les maitres doivent libérer leurs esclaves. A ce moment, les esclaves peuvent soit retrouver leur liberté, soit décider de rester chez leur maitre. Ils reçoivent alors un poinçon à l'oreille droite, signe qu'ils seront au service de leur maitre jusqu'à leur mort. Les maitres sont responsables de la santé de leurs esclaves. Le meurtre, le viol ou les violences contre les esclaves sont interdits et punis aussi sévèrement que la cible soit un esclave ou non.
Surplombant le grand marché se trouve le palais du sultan, radieux même de nuit grâce à de puissants enchantements. L'intérieur de ce palais est une explosion de couleurs, bleu pour le sol, rouge et dorée pour le plafond et vert pour les piliers. Malheureusement pour les étrangers, ce palais est entièrement réservé au sultan, ses conseillers et ses proches. Être admit dans le palais est probablement une des plus grandes récompenses qu’un sujet puisse se voir offrir par le sultan. Même pour les rencontres diplomatiques, le sultan se déplace en personne aux temples Limkat pour y rencontrer les diplomates étrangers devant la statue d’Hylenor.

Abu Tiqiya

Al Iskambar

Jablerrah

Kalir Abdahli

Bechaïr

Camps de Temeita

Triheila

Environnement

Fleuve Atour

Désert de Shimurah

Désert du Sud

L’étendue des morts

Collines de Kashir

Montagnes de Yatrun

Montagnes de l'Egide

Montagnes de la Lance

Mer de Roches

Ruines de Jemdoulaat

Ruines d'Al Hoguig

Ruines de Hashrata

Ruines d'Abdedache

Marais d'Abdedache

Forêt de Temeita

Empire de Nakerash

Histoire

Politique

Culture